Aung San Suu Kyi inculpée et détenue

Des manifestants rassemblés à Rangoun, mercredi, font le salut à trois doigts, un geste de résistance déjà adopté par les militants pro-démocratie à Hong Kong ou en Thaïlande.
Photo: Agence France-Presse Des manifestants rassemblés à Rangoun, mercredi, font le salut à trois doigts, un geste de résistance déjà adopté par les militants pro-démocratie à Hong Kong ou en Thaïlande.

La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi a été inculpée mercredi, deux jours après avoir été renversée par un coup d’État militaire, tandis que les appels à la désobéissance civile se multiplient.

L’armée a mis brutalement fin lundi à la fragile transition démocratique du pays, instaurant l’état d’urgence pour un an et arrêtant Suu Kyi, 75 ans, cheffe de facto du gouvernement civil, ainsi que d’autres responsables de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND).

L’ex-dirigeante a été inculpée « pour avoir enfreint une loi sur les importations/exportations » et un tribunal « a ordonné sa détention provisoire » jusqu’au 15 février, selon Kyi Toe, porte-parole de la LND.

L’ancien président Win Myint, également interpellé, est poursuivi pour avoir violé une loi sur la gestion des catastrophes naturelles, d’après Kyi Toe.

Des raids ont été menés dans différents locaux du mouvement et des documents saisis, selon le parti.

Deux jours après ce putsch, condamné par de nombreuses capitales étrangères, les premiers signes de résistance émergeaient.

Des médecins et des professionnels de santé, portant des rubans rouges (la couleur de la LND), refusaient de travailler, sauf en cas d’urgence médicale. « Nous obéirons uniquement au gouvernement élu démocratiquement », a déclaré Aung San Min, responsable d’un hôpital de 100 lits dans la région de Magway (Centre), alors que l’armée conteste les législatives de novembre, remportées massivement par la LND.

Des membres du personnel médical de l’hôpital général de Rangoun se sont réunis devant l’établissement, faisant le salut à trois doigts, un geste de résistance déjà adopté par les militants pro-démocratie à Hong Kong ou en Thaïlande.

Un groupe, « le mouvement de désobéissance civile », a aussi été lancé sur Facebook et comptait quelque 160 000 abonnés. « Honte à l’armée », « les militaires sont des voleurs », pouvait-on lire.

Résistance

Mardi soir, dans le quartier commerçant de Rangoun, la capitale économique, des habitants ont klaxonné, tapé sur des casseroles, certains scandant : « Vive Mère Suu ! » (Suu Kyi).

Pressentant les événements, cette dernière, qui serait pour le moment assignée à résidence dans la capitale Naypyidaw, a exhorté la population à « ne pas accepter » le coup d’État dans une lettre écrite par anticipation.

Mais la peur des représailles reste vive dans le pays qui a vécu, depuis son indépendance en 1948, sous le joug de la dictature militaire pendant presque 50 ans.

« La population sait très bien à quel point l’armée peut être violente et se soucie peu de sa réputation internationale », a souligné Francis Wade, auteur d’ouvrages sur le pays.

Les autorités ont déjà publié un avertissement contre tout discours qui pourrait « encourager des émeutes ou une situation instable ».

Condamnation internationale

Le coup d’État, « inévitable » selon le général Min Aung Hlaing, qui concentre désormais l’essentiel des pouvoirs, a déclenché un concert de condamnations à l’international.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a affirmé mercredi qu’il fera tout ce qui est en son pouvoir « pour mobiliser tous les acteurs clés et la communauté internationale afin de mettre assez de pression sur le Myanmar pour s’assurer que [le] coup d’État échoue ».

« Après des élections qui, je pense, se sont déroulées normalement, et après une grande période de transition, il est absolument inacceptable de changer les résultats des élections et la volonté du peuple », a-t-il ajouté lors d’un entretien avec le quotidien The Washington Post.

Après avoir menacé d’imposer de nouvelles sanctions, le gouvernement de Joe Biden a encore haussé le ton contre le Myanmar, premier grand test international pour le nouveau président américain.

Suu Kyi et Win Myint ont « été renversés dans un coup d’État militaire », a fait savoir une responsable américaine. Cette qualification juridique bloque l’aide à l’État birman de Washington, qui s’est dit « troublé » mercredi par l’inculpation de Mme Suu Kyi et a appelé l’armée à libérer tous les dirigeants emprisonnés.

Mais la réaction américaine reste principalement symbolique : l’armée birmane est déjà sous le coup de sanctions depuis les exactions menées par ses soldats en 2017 contre la minorité musulmane rohingya, une crise qui vaut au Myanmar d’être accusée de « génocide » par des enquêteurs de l’ONU.

Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni mardi en urgence, et à huis clos, mais n’a pas réussi à se mettre d’accord sur un texte commun. Des négociations sont toujours en cours, selon un diplomate sous couvert d’anonymat.

Pour être adoptée, une déclaration nécessite le soutien de la Chine, qui exerce un droit de veto en tant que membre permanent du Conseil de sécurité.

Or, Pékin reste le principal soutien du Myanmar aux Nations unies, où la Chine avait contrecarré toute initiative lors de la crise des Rohingyas, estimant que le conflit avec la minorité musulmane relevait des seules affaires intérieures birmanes.

Mercredi, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a appelé la communauté internationale à « créer un environnement extérieur sain pour que le Myanmar puisse convenablement régler ses divergences », estimant que toute intervention du Conseil de sécurité devrait « éviter d’exacerber les tensions et compliquer encore plus la situation », selon l’agence étatique Chine Nouvelle.

À voir en vidéo