Le premier ministre japonais étend l’état d’urgence à tout le pays

Le Japon a été jusqu’à présent relativement épargné par la pandémie mais le nombre de cas a sensiblement augmenté depuis fin mars.
Photo: Kazuhiro Nogi Agence France-Presse Le Japon a été jusqu’à présent relativement épargné par la pandémie mais le nombre de cas a sensiblement augmenté depuis fin mars.

Le premier ministre japonais a annoncé jeudi l’extension de l’état d’urgence à l’ensemble de l’archipel nippon, afin de lutter plus efficacement contre la propagation du coronavirus.

« Les zones où l’état d’urgence doit être appliqué seront étendues de sept préfectures actuellement à la totalité des préfectures », a dit Shinzo Abe dans la soirée lors d’une réunion d’experts médicaux consacrée à la pandémie de nouveau coronavirus.

La semaine dernière, M. Abe avait déclaré l’état d’urgence jusqu’au 6 mai pour 7 des 47 régions du pays, dont Tokyo et sa grande banlieue ainsi que la région d’Osaka, la grande métropole de l’Ouest du pays.

Ce dispositif prévu pour un mois ne se traduit pas par un confinement obligatoire, mais permet aux autorités régionales de recommander fortement aux habitants de restreindre leurs déplacements au maximum et d’inciter certains commerces à fermer temporairement.

Aucune sanction n’est prévue pour les récalcitrants.

À voir en vidéo

D’autres préfectures du pays, dont celle d’Aichi (centre) et de Kyoto (ouest), avaient demandé entre-temps à être incluses dans le dispositif d’état d’urgence.

Certaines d’entre elles ont même pris les devants en mettant déjà en place des mesures analogues, mais sans fondement juridique.

« Si nous limitons les zones (sous état d’urgence, NDLR), les gens partent vers des régions voisines », avait expliqué plus tôt jeudi le porte-parole de l’exécutif nippon, Yoshihide Suga en confirmant la tenue de la réunion d’experts.

Il avait par ailleurs fait référence aux congés de la « Golden Week », de fin avril à début mai, durant lesquels les Japonais voyagent habituellement en masse à travers le pays.

Le Japon a été jusqu’à présent relativement épargné par la pandémie mais le nombre de cas a sensiblement augmenté depuis fin mars, risquant de surcharger les hôpitaux, ce qui pousse le gouvernement à intensifier son action.

Le dernier bilan quotidien du ministère de la Santé faisait état de près de 8600 cas de contamination pour 136 morts dans le pays depuis le début de la crise sanitaire.