Tests négatifs pour l’équipage du «Westerdam»

<p>L’opérateur du navire, Holland America, a fait part de sa « gratitude sincère » envers le Cambodge que le paquebot devrait quitter prochainement.</p>
Photo: Tang Chhin Sothy Agence France-Presse

L’opérateur du navire, Holland America, a fait part de sa « gratitude sincère » envers le Cambodge que le paquebot devrait quitter prochainement.

Les tests de dépistage du nouveau coronavirus se sont révélés négatifs chez les plus de 700 membres d’équipage du Westerdam, un paquebot américain bloqué au Cambodge, ont annoncé jeudi les autorités.

Le premier ministre cambodgien Hun Sen a par ailleurs laissé entendre qu’une ex-passagère testée positive en Malaisie après avoir débarqué avait attrapé le virus après avoir quitté le Cambodge.

Le paquebot avait embarqué à Hong Kong le 1er février 1455 passagers, venus en majorité des États-Unis, du Canada, d’Europe ou d’Australie. Mais, par peur d’une contagion de l’épidémie qui a touché également Hong Kong, il s’est vu interdire d’accoster au Japon, puis à Taïwan, aux Philippines, sur l’île américaine de Guam et en Thaïlande.

Il a finalement été autorisé à rallier le port de Sihanoukville le 13 février. Plus de 1200 passagers ont débarqué après des examens médicaux sommaires, accueillis pour certains par Hun Sen à grand renfort de fleurs et d’accolades.

Parmi eux, une Américaine âgée de 83 ans a pris un avion pour la Malaisie afin de rentrer chez elle et a été diagnostiquée positive à Kuala Lumpur. Quelque 400 autres passagers ont aussi quitté le Cambodge.

Les 233 passagers restant ainsi que les 747 membres d’équipage, ont subi des tests pour déceler la présence éventuelle du virus, qui se sont tous révélés négatifs.

Le premier ministre, qui avait été accusé par certains d’avoir agi de manière précipitée, s’est demandé, triomphant, si l’Américaine avait contracté le virus en Malaisie.

« Nous ne l’avons pas trouvé ici. Est-ce que cela s’est produit lorsqu’elle est arrivée en Malaisie ? », s’est-il interrogé jeudi dans un discours prononcé à Phnom Penh.

L’opérateur du navire, Holland America, a fait part de sa « gratitude sincère » envers le Cambodge que le paquebot devrait quitter prochainement.

Le premier ministre cambodgien est un fidèle allié de la Chine qui soutient économiquement son pays. Mais « nous n’avons pas utilisé cette histoire à des fins politiques », a-t-il insisté.

Contrairement à de nombreux pays, le Cambodge ne refuse pas les touristes chinois et n’a pas fait évacuer ses ressortissants de la province chinoise du Hubei, épicentre de l’épidémie.

Le Cambodge compte actuellement un cas confirmé de coronavirus — un touriste chinois dorénavant guéri et sorti de l’hôpital.