Le gouvernement indien rétablit partiellement Internet au Cachemire

Des dizaines de milliers de soldats supplémentaires ont été envoyées dans la région pour éviter toute manifestation.
Photo: Mukhtar Khan Associated Press Des dizaines de milliers de soldats supplémentaires ont été envoyées dans la région pour éviter toute manifestation.

Les autorités indiennes ont autorisé samedi le rétablissement partiel d’Internet dans la province contestataire du Cachemire, après cinq mois et demi de black-out, mais les réseaux sociaux restaient inaccessibles, selon des habitants.

Seuls 301 sites approuvés par New Delhi — comprenant certains titres internationaux — et des plateformes comme Netflix et Amazon étaient accessibles samedi, selon ces témoignages. « C’est bien d’avoir de nouveau Internet, mais c’est très lent, et les médias sociaux sont inaccessibles », a ainsi déclaré à l’AFP un étudiant, Raashid Ahmad.

« C’est terriblement lent », a renchéri un homme d’affaires, Azhar Hussain.

Le gouvernement nationaliste de Narendra Modi a révoqué de force en août le statut d’autonomie du Cachemire indien et de ses 7 millions d’habitants. Pour éviter toute contestation, il avait coupé l’accès à Internet dans cette région majoritairement musulmane disputée avec le Pakistan.

Des dizaines de milliers de soldats supplémentaires ont en outre été envoyées dans la région pour éviter toute manifestation, et des figures de l’opposition ont été emprisonnées.

Début décembre, les autorités ont rétabli certains services de SMS entrants, pour que les Cachemiris puissent recevoir les codes envoyés par les banques ou fournisseurs de services nécessaires aux transactions financières ou aux achats en ligne.

En janvier, la Cour Suprême indienne a jugé que la coupure d’Internet était une décision « arbitraire » et contraire « à la liberté individuelle d’expression ».

Inde et Pakistan se sont livrés deux guerres pour la région himalayenne, qu’ils ont divisée après leur indépendance en 1947.