Les feux de forêt australiens s’approchent de Melbourne

Les pompiers aériens combattent les incendies de forêt à l’aide d’hélicoptères, comme celui-ci aperçu lundi dans la région d’East Gippsland, dans l’État de Victoria.
Photo: Victoria's Department of Environment, Land, Water and Planning / Associated Press Les pompiers aériens combattent les incendies de forêt à l’aide d’hélicoptères, comme celui-ci aperçu lundi dans la région d’East Gippsland, dans l’État de Victoria.

Environ 100 000 personnes ont été priées de fuir lundi soir cinq banlieues de Melbourne en raison des incendies. Un pompier volontaire est décédé dans une autre partie de l’Australie également ravagée par des feux.

Les autorités de Melbourne, deuxième plus grande ville australienne, ont incité les habitants à s’éloigner du feu qui a déjà brûlé 40 hectares de prairies.

À Bundoora, ville située à 16 km au nord du centre de Melbourne et qui abrite deux importantes universités, la propagation du feu en direction des habitations a été provisoirement stoppée, mais n’est toujours pas maîtrisée, a indiqué Victoria Emergency, un service d’urgence de cet État du sud-est de l’Australie.

Des médias ont diffusé des images montrant des bombardiers d’eau volant au-dessus de banlieues et des familles arrosant leur maison à l’aide de tuyaux dans l’espoir d’arrêter le feu.

Un pompier volontaire est décédé et deux autres ont été brûlés en intervenant dans l’État de Nouvelle-Galles-du-Sud, selon les pompiers. Il s’agit du troisième pompier volontaire tué depuis septembre.

Au total, 11 personnes sont mortes depuis le début en septembre des incendies qui ont détruit plus d’un millier de maisons et plus de trois millions d’hectares, soit une superficie plus grande que la Belgique.

Vague de chaleur

Une vague de chaleur balayait lundi l’immense île continent, alimentant ces feux particulièrement précoces et ravageurs cette année. Les conditions météorologiques se sont aggravées vendredi avec une hausse des températures et des vents violents à travers tout le territoire.

Dans l’État d’Australie-Occidentale, les températures ont atteint 47 degrés. Elles ont dépassé 40 degrés dans toutes les régions, notamment sur l’île de Tasmanie, au climat habituellement tempéré.

Plus d’une dizaine de feux font rage dans les zones rurales de la région touristique d’East Gippsland, dans l’État de Victoria, où les autorités ont indiqué qu’« un bon nombre » des 30 000 touristes visitant cette région ont répondu aux appels à évacuer.

Certains de ces incendies étaient d’une telle intensité que des centaines de pompiers ont été éloignés du front s’étirant sur un millier de kilomètres.

Il était « dangereux » pour eux de rester dans ces zones forestières, a déclaré le responsable de la lutte contre les incendies du Gippsland, Ben Rankin, qualifiant la situation de « très intense ».

Les autorités ont prévenu que ces feux pourraient entraîner la coupure de la dernière route principale encore ouverte dans cette région.

Le commissaire responsable de la gestion des urgences dans l’État de Victoria, Andrew Crisp, a averti habitants et vacanciers restés dans la région qu’ils risquaient d’être pris au piège, car il était « trop tard pour partir » et ses services ne pourraient leur venir en aide.

L’État voisin d’Australie-Méridionale, plus à l’ouest, connaît également des conditions météorologiques « catastrophiques ». Selon un responsable des pompiers de cet État, Brenton Eden, la foudre a déjà déclenché plusieurs feux notamment sur l’île Kangourou.

Les conditions météorologiques devraient encore se détériorer au cours des deux prochains jours en Nouvelle-Galles-du-Sud, l’État le plus touché avec une centaine de feux toujours actifs lundi matin dont plus de 40 non maîtrisés.

Des incendies précoces

L’Australie est habituée aux feux de forêt lors de l’été austral, mais cette année, ils ont été particulièrement précoces et violents.

Des chercheurs expliquent leur gravité par une conjonction de facteurs, notamment des précipitations très faibles, des températures record et des vents forts. Beaucoup estiment que le réchauffement climatique contribue à favoriser ces conditions.

Le premier ministre conservateur, Scott Morrison, a admis tardivement un lien entre ces incendies et le changement climatique, mais s’est refusé à revenir sur sa politique favorable à l’industrie minière du charbon.

Sydney et d’autres grandes villes australiennes ont été pendant des semaines enveloppées d’un épais nuage de fumée toxique lié aux incendies.

La capitale Canberra a annulé les feux d’artifice du Nouvel An en raison d’une interdiction totale de tout feu sur l’ensemble du territoire de la capitale australienne.

Une pétition rassemblant 270 000 signatures demandait l’annulation du célèbre feu d’artifice du Nouvel An de Sydney, mais les autorités l’ont maintenu.