La Chine accepte le nouvel ambassadeur du Canada et espère une «normalisation»

Le nouvel ambassadeur du Canada en Chine, Dominic Barton
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Le nouvel ambassadeur du Canada en Chine, Dominic Barton

La Chine a confirmé jeudi avoir accepté le nouvel ambassadeur proposé par le Canada à Pékin, tout en espérant qu’il faciliterait une « normalisation » des relations entre les deux pays.

Les relations sont au plus bas depuis l’arrestation début décembre par la police canadienne, sur demande américaine, de la directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei, Meng Wanzhou.

Quelques jours plus tard, la Chine avait arrêté l’ex-diplomate canadien Michael Kovrig et son compatriote consultant Michael Spavor, sur des soupçons d’espionnage. Le Canada juge « arbitraires » ces interpellations et demande leur libération depuis des mois.

Lors d’une conférence de presse jeudi, Geng Shuang, porte-parole de ministère chinois des Affaires étrangères, a demandé la libération immédiate de Meng Wanzhou. Il a ajouté que le Canada devait réfléchir sur ses erreurs.

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé mercredi la nomination de Dominic Barton au poste d’ambassadeur à Pékin. Sa nomination intervient près de neuf mois après le renvoi de son prédécesseur John McCallum, suite à des propos controversés qu’il avait tenus sur la procédure d’extradition visant Meng Wanzhou.

Âgé de 56 ans, réputé connaisseur de la Chine et des hauts dirigeants chinois, Dominic Barton a dirigé entre 2009 et 2018 la branche internationale du cabinet de conseil McKinsey & Company. Il préside depuis 2016 le Conseil consultatif en matière de croissance économique, chargé de conseiller le gouvernement de M. Trudeau.

« La Chine a validé la nomination du nouvel ambassadeur du Canada », a indiqué jeudi lors d’une conférence de presse Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

« Nous attendons avec impatience qu’il joue un rôle actif dans la normalisation des relations sino-canadiennes. »

Le porte-parole a estimé qu’Ottawa portait la totale responsabilité de la situation actuelle.

« Le Canada sait très bien quel est le noeud du problème dans sa relation bilatérale avec la Chine », a souligné Geng Shuang.

« Nous exhortons le Canada à méditer sur ses erreurs, à prendre au sérieux la position solennelle et les préoccupations de la Chine, et à libérer immédiatement Meng Wanzhou afin qu’elle puisse rentrer en Chine en toute sécurité. »

Le porte-parole a également confirmé que Cong Peiwu, l’ex-responsable de l’Amérique du Nord et de l’Océanie au ministère chinois des Affaires étrangères, serait le nouvel ambassadeur de la Chine au Canada.

Lors d’une conférence de presse organisée mercredi, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a indiqué que l’une des principales tâches de Dominic Barton serait d’obtenir la libération de Michael Kovrig et de Michael Spavor.