Turquie: nouvelles livraisons de matériel militaire russe

Un avion cargo, transportant le système de défense antimissile S-400 en provenance de Russie, lors de son déchargement à la base aérienne militaire Murted (également connue sous le nom de base aérienne militaire Akincilar) à Ankara.
Photo: Ministère de la Défense turc via Agence France-Presse Un avion cargo, transportant le système de défense antimissile S-400 en provenance de Russie, lors de son déchargement à la base aérienne militaire Murted (également connue sous le nom de base aérienne militaire Akincilar) à Ankara.

La livraison des systèmes de défense aérienne russes S-400, achetés pas la Turquie malgré les mises en garde américaines, se poursuivait dimanche avec l’arrivée de trois nouveaux avions près d’Ankara.

« La livraison […] se déroule comme prévu », a annoncé sur Twitter le ministère turc de la Défense, avec des images censées montrer l’arrivée de ces appareils sur une base aérienne près d’Ankara. Les livraisons ont commencé vendredi.

Washington s’est fermement opposé à cet achat, craignant qu’il ne mette en danger les secrets technologiques du nouvel avion furtif américain F-35, dont la Turquie veut aussi se doter. La Maison-Blanche estime également que les S-400 ne sont pas compatibles avec les dispositifs de l’OTAN, dont la Turquie fait partie. Jusqu’à présent, Ankara a rejeté toutes les mises en garde américaines.

Insistant sur le fait que cet achat n’était pas un « choix mais une obligation » en matière de sécurité nationale, le président Recep Tayyip Erdogan a affirmé dimanche qu’il était envisageable qu’il s’entretienne prochainement avec son homologue américain, Donald Trump, selon des propos reproduits par les médias turcs après une rencontre avec le chef de l’État.