Russie: arrestations d’opposants politiques à Moscou

La police a évoqué «plus de 25» interpellations dans le cadre de la manifestation de dimanche, à Moscou.
Photo: Kirill Kudryavtsev Agence France-Presse La police a évoqué «plus de 25» interpellations dans le cadre de la manifestation de dimanche, à Moscou.

Plusieurs dizaines d’opposants russes ont été arrêtées par la police dimanche à Moscou lors d’une manifestation contre l’éviction de candidats indépendants des élections locales qui auront lieu en septembre.

La manifestation, qui n’avait pas été autorisée par les autorités, a rassemblé près de 2000 personnes et a débouché en fin de soirée sur l’arrestation de plusieurs dizaines de personnes, dont les organisateurs, Lioubov Sobol, Ilia Iachine et Ivan Jdanov, des alliés du principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny.

L’organisation OVD-Info, spécialisée dans le suivi des arrestations, a fait état de 38 interpellations au total, tandis que la police a évoqué « plus de 25 » interpellations.

Les protestataires reprochent à la Commission électorale de bloquer à dessein la candidature d’opposants et d’indépendants aux scrutins de septembre en affirmant qu’une partie des signatures de leurs partisans requises pour pouvoir se présenter avaient été falsifiées.

Ils volent les élections, ils volent notre avenir

Les manifestants, qui scandaient « c’est notre ville ! », ont symboliquement frappé, chacun à leur tour, aux portes massives de la mairie de Moscou, avant de se rendre devant la Commission électorale.

« Dans tout Moscou, ils retirent les candidats indépendants. Il faut que ce maire [Sergueï Sobianine] cynique et menteur entende notre voix », a déclaré l’opposant Ilya Iachine, interpellé à la fin de la manifestation.

Lioubov Sobol, également arrêtée, a fait savoir samedi qu’elle entamait une grève de la faim pour dénoncer le blocage de sa candidature en raison d’accusations de falsification de signatures.

« Ils volent les élections, ils volent notre avenir. Je ne me rendrai pas, je vais me battre jusqu’à la fin », a-t-elle lancé.

Les précédentes élections locales et régionales ont été marquées par un important recul du parti au pouvoir Russie unie, sur fond de mécontentement provoqué par la stagnation du niveau de vie et par un impopulaire relèvement de l’âge de la retraite. Le pouvoir avait perdu plusieurs régions l’année dernière au bénéfice des communistes et des nationalistes.