Pékin exprime son «soutien» au projet de loi sur les extraditions

Le Chine «continuera de soutenir fermement» le gouvernement hongkongais, a indiqué lundi Geng Shuang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.
Photo: Andy Wong Archives Associated Press Le Chine «continuera de soutenir fermement» le gouvernement hongkongais, a indiqué lundi Geng Shuang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Pékin a promis lundi de « soutenir fermement » le gouvernement local de Hong Kong et son projet de loi controversé d’autorisation des extraditions vers la Chine continentale, malgré des manifestations monstres d’opposition dans le territoire semi-autonome.

Plus d’un million de personnes ont défilé dimanche dans les rues de l’ex-colonie britannique revenue dans le giron chinois en 1997, selon les organisateurs. La police a comptabilisé 240 000 personnes.

Selon l’exécutif hongkongais, le projet de loi permettra de combler un vide juridique afin d’éviter l’impunité d’éventuels fugitifs. Ses détracteurs estiment qu’elle placera la population à la merci du système judiciaire de Chine continentale, opaque et sous influence du Parti communiste.

« Le gouvernement central continuera de soutenir fermement le gouvernement » hongkongais sur ce projet de révision, a indiqué lundi Geng Shuang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

« Nous nous opposons fermement à toute force extérieure intervenant dans les affaires législatives de [...] Hong Kong », a-t-il par ailleurs martelé lors d’une conférence de presse régulière.

Geng Shuang fait notamment référence à des rencontres de membres de l’opposition hongkongaise avec le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, et la présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi.

Le dernier gouverneur britannique de Hong Kong, Chris Patten, avait par ailleurs estimé la semaine dernière que le projet controversé constituerait un « terrible revers » pour la réputation internationale de la ville.

Des juristes, des membres des milieux financiers et des diplomates occidentaux inquiets pour leurs ressortissants ont également fait part ces derniers jours de leur opposition.

Peu d’échos dans les médias chinois

Le journal chinois Global Times, proche de Pékin et au ton nationaliste, a tenté lundi dans son éditorial de minimiser la manifestation de dimanche, l’une des plus importantes depuis la rétrocession.

« Il convient de noter que certaines forces internationales ont considérablement renforcé leurs relations avec l’opposition de Hong Kong ces derniers temps », a noté le quotidien, accusant les opposants de « collusion avec l’Occident ».

Sur la même ligne, le journal anglophone étatique China Daily a affirmé de son côté que 700 000 personnes avaient signé une pétition en ligne soutenant le projet de loi.

Des images aériennes montrant les étroites rues hongkongaises bondées de manifestants ont fait le tour du monde ce week-end. Mais en Chine continentale, le principal journal télévisé n’a pas mentionné l’événement, tandis que les recherches sur le réseau social Weibo étaient censurées.