Hong Kong commémore Tian’anmen

La veillée a rassemblé 180 000 personnes
Photo: Kin Cheung Associated Press La veillée a rassemblé 180 000 personnes

Des dizaines de milliers d’habitants de Hong Kong se sont réunis mardi soir dans un parc de l’ancienne colonie britannique pour la traditionnelle veillée aux chandelles à la mémoire des victimes de la sanglante répression des manifestations de la place Tian’anmen, il y a 30 ans à Pékin.

La foule, qui tenait des bougies, a chanté et écouté des discours. Hong Kong est le seul endroit en Chine où une telle commémoration est possible et des Chinois du continent avaient fait le déplacement pour échapper à la chape de plomb imposée par Pékin.

Le rassemblement est d’autant plus symbolique que ce territoire semi-autonome lutte pour défendre ses libertés, de nombreux Hongkongais ayant le sentiment d’une ingérence de plus en plus forte de Pékin dans leurs affaires intérieures.

Cela fait 29 ans qu’une veillée a lieu chaque année à Hong Kong en souvenir de l’intervention, le 4 juin 1989, de l’armée chinoise place Tian’anmen, ce qui est en soi la preuve des libertés extraordinaires dont jouit cette ville du sud-est de la Chine.

Ce rassemblement est organisé par des vétérans du combat pour la démocratie pour demander à la fois la démocratisation du régime chinois et la justice pour les victimes de la répression du mouvement de Tian’anmen.

Libertés menacées

Mais ces dernières années, il est aussi question à l’occasion de cette veillée des menaces pesant sur les droits et les libertés à Hong Kong, en théorie garantis jusqu’en 2047 par l’accord sino-britannique qui avait présidé à la rétrocession de ce territoire en 1997.

Le contexte est particulièrement tendu du fait du projet très controversé de l’exécutif hongkongais, qui est aligné sur Pékin, d’autoriser les extraditions vers la Chine continentale.

Ce projet de loi a suscité une levée de boucliers des milieux économiques et des critiques de juristes et entraîné les manifestations les plus importantes depuis le « Mouvement des parapluies » qui avait paralysé le centre de la ville pendant des semaines en 2014.

Cette veillée survient d’ailleurs quelques semaines après l’incarcération de plusieurs figures de cette mobilisation sans précédent.

« Nous sommes rassemblés ici pour arrêter le monstre qui a massacré des gens à Tian’anmen il y a 30 ans », a déclaré le chanteur Anthony Wong à la foule, qui occupait tous les terrains de football de Victoria Park et débordait même sur les côtés. « Nous craignons que ce monstre ne s’en prenne à [Hong Kong] et qu’il […] ne détruise la prochaine génération », a-t-il lancé.

Selon les organisateurs, la veillée a rassemblé 180 000 personnes, un nombre record également atteint en 2014. La police a donné un chiffre bien plus élevé que d’habitude, de 37 000 participants.

Par ailleurs, à Taïwan, des centaines de personnes se sont réunies pour une commémoration, plus importante qu’à l’accoutumée. Un militaire soldat chinois, présent au cours des manifestations de 1989 et qui habite désormais en Australie, a exprimé sa honte : « En tant qu’officier de l’Armée populaire de libération, vu le rôle qu’elle a joué ce jour-là, je peux dire que c’était une honte », a lancé Li Xiaoming.