Duterte consolide son pouvoir aux Philippines

Le président philippin Rodrigo Duterte
Photo: Bullit Marquez Associated Press Le président philippin Rodrigo Duterte

Les alliés de Rodrigo Duterte ont pris le contrôle du Sénat lors des élections de mi-mandat, offrant au président philippin la dernière institution qui résistait encore à sa politique controversée, selon les résultats officiels annoncés mercredi.

Le Sénat, dont la moitié des 24 sièges était à renouveler à l’occasion de ces élections nationales et locales, est traditionnellement considéré comme plus indépendant face au pouvoir exécutif que la Chambre des représentants. Il a joué depuis trois ans un rôle crucial pour bloquer certaines des initiatives les plus controversées du bouillant président. Or, les partisans de M. Duterte ont raflé neuf des sièges de sénateurs qui étaient remis en jeu le 13 mai, les trois autres ayant été gagnés par des candidats indépendants, ont annoncé mercredi les autorités électorales.

Le président, qui conserve la majorité des 297 sièges de la chambre basse, contrôle désormais 15 des 24 sièges du Sénat, contre 4 pour ses opposants. Ces résultats donnent donc au chef de l’État les coudées franches pour mettre en oeuvre ses projets controversés de rétablissement de la peine de mort et de réforme de la Constitution. « Il est clair qu’il sera soutenu quand il présentera les projets de loi qui étaient jusque-là bloqués », a déclaré à l’AFP le politologue Ramon Casiple.

Élu en 2016, M. Duterte a été la cible de critiques des capitales occidentales en raison de sa politique violente de lutte contre le trafic de drogue et de tirades parfois ordurières. Plus de 5300 trafiquants et toxicomanes présumés ont été tués par les forces de l’ordre dans le cadre de la « guerre contre la drogue », selon les autorités. Des associations estiment que le bilan pourrait être trois fois supérieur et relever du crime contre l’humanité. Pour autant, le président conserve une très forte popularité dans l’archipel, en raison notamment de son franc-parler, une partie des Philippins continuant de le voir comme un recours crédible face à l’inefficacité prêtée aux élites politiques traditionnelles.

Le Canada rapatriera ses ordures des Philippines

La ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, soutient que les déchets canadiens qui pourrissent aux Philippines depuis près de six ans seront de retour en sol canadien avant la fin du mois de juin.

Au moins 103 conteneurs d’ordures ménagères ont été expédiés du Canada aux Philippines de 2013 à 2014 ; ces conteneurs étaient faussement étiquetés comme des plastiques à recycler. La plupart des conteneurs restent dans deux ports de Manille et de Subic.Mme McKenna a indiqué mercredi qu’Ottawa avait octroyé un contrat à une entreprise de transport qui devrait rapatrier 69 conteneurs. Les 34 autres ont déjà été éliminés aux Philippines.

Elle prévoit que tous les conteneurs seront rapatriés d’ici la fin du mois de juin, puis correctement éliminés avant la fin de l’été. Cette annonce intervient quelques heures après que le président philippin, Rodrigo Duterte, a ordonné à son gouvernement de trouver une entreprise qui récupérerait les déchets et les laisserait ensuite en eaux canadiennes.
La Presse canadienne