Le sosie de Kim Jong-un expulsé du Vietnam

Les imitateurs de Donald Trump et Kim Jong-un se sont embrassés devant la réception de leur hôtel, avant que ce dernier ne monte à bord d’un véhicule sous la surveillance d'agents vietnamiens.
Photo: Manan Vatsyayana Agence France-Presse Les imitateurs de Donald Trump et Kim Jong-un se sont embrassés devant la réception de leur hôtel, avant que ce dernier ne monte à bord d’un véhicule sous la surveillance d'agents vietnamiens.

Le sosie de Kim Jong-un, interpellé au Vietnam en amont du sommet entre le leader nord-coréen et le président américain Donald Trump, a été expulsé lundi, dénonçant le manque d’humour du régime autoritaire vietnamien.

L’imitateur du dirigeant nord-coréen, Howard X, et celui de Donald Trump, Russell White, avaient mis en scène vendredi leur propre « sommet » dans le centre de la capitale vietnamienne.

Un peu plus tard, alors qu’ils donnaient une entrevue dans une station de télévision locale, une dizaine de policiers leur avaient ordonné de cesser toute apparition publique.

Les autorités ont ensuite signifié à Howard X, résident à Hong Kong, qu’il allait être expulsé au motif que son visa n’était pas valide — un simple prétexte, selon l’imitateur.

« La vraie raison [de mon expulsion], c’est que je suis né avec la même tête que Kim Jong-un, c’est ça le vrai délit », a-t-il avancé lundi matin lors d’un point presse à son hôtel, dénonçant le régime communiste de Hanoï comme « un État à parti unique sans aucun sens de l’humour ».

Les autorités du pays ne tolèrent aucun rassemblement spontané. Elles veulent aussi éviter tout faux pas avant la rencontre très attendue, mercredi et jeudi, entre Donald Trump et Kim Jong-un sur la dénucléarisation de la Corée du Nord.

« Nous sommes ici pour rendre la politique formidable à nouveau. [...] La satire est une arme puissante contre toute dictature », a souligné Howard X.

L’imitateur du président américain, originaire du Canada, a quant à lui été autorisé à rester, mais n’a plus le droit d’apparaître en Donald Trump.

Les deux hommes se sont embrassés devant la réception de l’hôtel, où Russell White, visage exagérément bronzé et cheveux gominés, a porté les bagages de son compère devant les journalistes.

Ce dernier est ensuite monté à bord d’un véhicule accompagné de trois Vietnamiens en uniforme.

Pas une première

Howard X avait déjà rencontré des problèmes en juin lors de sa performance à Singapour avant le premier sommet historique Trump-Kim en juin.

Il avait été retenu lors de contrôles de sécurité à l’aéroport. Il avait ensuite été autorisé à entrer dans la ville-État, mais on lui avait intimé de se tenir à l’écart de la zone où se déroulait la rencontre.

Les vrais Kim Jong-un et Donald Trump doivent quant à eux se retrouver dans deux jours à Hanoï pour tenter de donner plus de contenu aux engagements très vagues sur la dénucléarisation pris à Singapour.

Le président américain manie la carotte et le bâton envers le Nord, faisant miroiter son potentiel économique tout en refusant l’allègement des sanctions tant que Pyongyang n’aura pas fait de geste « significatif ».

La Corée du Nord exige de son côté la levée des sanctions internationales qui asphyxient son économie et la fin de la présence américaine dans la péninsule.