La sécheresse pousse des Afghans à vendre leurs enfants

Genève — Alors que l’Afghanistan traverse sa pire sécheresse depuis des décennies, avec des millions d’Afghans qui risquent la famine, certains « vendent » leurs filles en mariage pour rembourser des dettes ou acheter de la nourriture, a alerté l’ONU mardi. Au moins 161 enfants ont été « vendus » sur une période de quatre mois seulement dans les provinces afghanes de Herat et de Badghis, frappées par la sécheresse, selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF). Ces enfants ont entre un mois et seize ans, a spécifié une porte-parole de l’UNICEF, Alison Parker, lors d’un point de presse à Genève. Certains ne sont que des bébés mais sont déjà fiancés, a-t-elle détaillé. Selon l’ONU, au moins trois millions d’Afghans sont en situation d’urgence alimentaire absolue et risquent la famine, conséquence de la sécheresse due au manque de pluie et de neige l’hiver dernier.