Myanmar: le chef de l’armée doit être poursuivi pour «génocide», selon l’ONU

Des réfugiés rohingyas priant dans le camp de Kutupalong, le 25 août durant une cérémonie organisée pour souligner le premier anniversaire d’une répression militaire qui a provoqué leur exode du Myanmar au Bangladesh
Photo: Dibyangshu Sarkar Agence France-Presse Des réfugiés rohingyas priant dans le camp de Kutupalong, le 25 août durant une cérémonie organisée pour souligner le premier anniversaire d’une répression militaire qui a provoqué leur exode du Myanmar au Bangladesh

Des enquêteurs de l’ONU ont demandé lundi la démission du chef de l’armée myanmarais et sa traduction devant la justice internationale pour « génocide », « crimes contre l’humanité » et « crimes de guerre » à l’encontre des musulmans rohingyas.

De son côté, Facebook, critiqué par les enquêteurs de l’ONU pour avoir permis que des discours haineux se propagent, a annoncé avoir fermé la page du commandant suprême de l’armée, le général Min Aung Hlaing, pour « violations des droits de l’homme ».

En 2017, plus de 700 000 musulmans rohingyas ont fui vers le Bangladesh après une offensive de l’armée myanmarais lancée en représailles d’attaques de postes-frontière par des rebelles rohingyas. Cette répression a été qualifiée par l’ONU de « nettoyage ethnique », une accusation rejetée par les autorités myanmaraises.

La Mission d’établissement des faits de l’ONU sur le Myanmar, créée par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU en mars 2017, a estimé lundi que « les principaux généraux du Myanmar, y compris le commandant en chef, Min Aung Hlaing, doivent faire l’objet d’enquêtes et de poursuites pour génocide dans le nord de l’État Rakhine, ainsi que pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre dans les États Rakhine, Kachin et Shan ».

Dans un rapport, la mission onusienne demande au Conseil de sécurité de faire appel à la Cour pénale internationale ou d’établir un tribunal international ad hoc et appelle à des sanctions ciblées contre les auteurs de crimes et à un embargo sur les armes.

L’appui chinois

Si le Conseil de sécurité de l’ONU a plusieurs fois appelé le Myanmar à l’arrêt des opérations militaires et au retour en toute sécurité des Rohingyas, ses initiatives restent entravées par la Chine, premier soutien du Myanmar et membre permanent du Conseil, disposant donc d’un droit de veto.

« Les Rohingyas sont dans une situation continue d’oppression sévère, systémique et institutionnalisée de la naissance à la mort », a déclaré le président de la mission de l’ONU, l’Indonésien Marzuki Darusman, en conférence de presse, appelant le chef de l’armée myanmaraise à démissionner « immédiatement ».

« Nous avons examiné la période depuis 2011. Les violations recensées au cours de cette période font partie d’une conduite militaire abusive qui date depuis au moins un demi-siècle », a ajouté pour sa part l’enquêteur australien Christopher Sidoti.

Selon leur rapport, « il existe suffisamment d’informations pour justifier […] la poursuite des hauts responsables de la chaîne de commandement » de l’armée myanmaraise.

La mission de l’ONU, qui n’a pas été autorisée à se rendre au Myanmar, a interrogé 875 victimes et témoins et s’est aussi servie d’images satellite.

Selon le rapport, « les crimes commis dans l’État Rakhine, et la manière dont ils ont été perpétrés, sont de nature, de gravité et de portée similaires à ceux qui ont permis d’établir l’intention génocidaire dans d’autres contextes ».

Le rapport détaille une longue liste de crimes contre l’humanité qui auraient été commis à l’encontre des Rohingyas dans l’État Rakhine et contre d’autres minorités ethniques dans les États Kachin et Shan : assassinat, emprisonnement, disparition, torture, viol, esclavage sexuel, persécution et asservissement. Les experts évoquent également « l’extermination et la déportation », deux autres crimes contre l’humanité, dans l’État Rakhine.

Les « tactiques » de l’armée myanmaraise sont « systématiquement et excessivement disproportionnées par rapport aux menaces réelles à la sécurité, en particulier dans l’État Rakhine, mais aussi dans le nord [du Myanmar] », selon le rapport.

Outre les chefs de l’armée, la mission de l’ONU a dressé une liste confidentielle plus longue d’individus présumés coupables pour que les tribunaux puissent s’en emparer.

Les enquêteurs ont également accusé la police et des groupes armés d’avoir participé aux violences.

Concernant Facebook, ils ont pointé son rôle comme « instrument utile pour ceux qui cherchent à répandre la haine ».

« Bien qu’elle se soit améliorée au cours des derniers mois, la réponse de Facebook a été lente et inefficace », soutient le rapport.