17 jours dans une grotte

Les jeunes ont passé deux semaines pris au piège dans une grotte inondée du nord de la Thaïlande.
Photo: Elon Musk / Associated Press Les jeunes ont passé deux semaines pris au piège dans une grotte inondée du nord de la Thaïlande.

Mae Sai — L’évacuation des 12 enfants et de leur entraîneur de soccer pris au piège dans une grotte inondée du nord de la Thaïlande s’est achevée mardi, après 17 jours passés sous terre pour les derniers :

  • Jour 0, samedi 23 juin : une mère donne l’alerte, ne voyant pas revenir son fils après l’entraînement de football. Les affaires des garçons — vélos et chaussures — sont retrouvées quelques heures plus tard juste à l’entrée de la grotte. Les recherches commencent, mais sont vite interrompues à la tombée de la nuit.
  • Jour 1, dimanche 24 juin : dans la nuit, en raison de pluies importantes, le niveau de l’eau dans la grotte monte fortement. Des plongeurs sont mobilisés.
  • Jour 2, lundi 25 juin : ils atteignent une première grande chambre à l’intérieur de la grotte.
  • Jour 3, mardi 26 juin : le chef de la junte Prayut Chan-O-Cha demande la «mobilisation de tous» pour les retrouver vivants. L’équipe de sauvetage rassemble désormais plusieurs centaines de personnes, dont des dizaines de plongeurs. L’eau atteint par endroits cinq mètres de haut, malgré la mise en place de pompes.
  • Jour 4, mercredi 27 juin : une troisième zone de ce réseau souterrain complexe est désormais inondée. Des plongeurs britanniques arrivent le soir pour prêter main-forte.
  • Jour 5, jeudi 28 juin : arrivée de plusieurs dizaines de soldats américains, entre autres spécialistes internationaux.
  • Jour 6, vendredi 29 juin : après une suspension des opérations de plongée à cause d’un niveau d’eau trop élevé en dépit des pompes installées, les recherches aquatiques reprennent. Des secouristes explorent une nouvelle voie d’accès, une cheminée à l’aplomb de la grotte. Les sauveteurs lancent des kits de survie, avec nourriture et téléphones portables.
  • Jour 7, samedi 30 juin : les plongeurs luttent avec une eau boueuse, sans visibilité, limitant fortement leur progression par l’entrée principale, inondée. La pluie cesse enfin.
  • Jour 8, dimanche 1er juillet : les secours réussissent à établir une base opérationnelle avancée dans la cavité, à trois kilomètres de l’entrée.
  • Jour 9, lundi 2 juillet : les plongeurs avancent et estiment n’être plus qu’à 600 mètres de la zone où se trouvent les enfants. Le soir, ils les retrouvent sains et saufs.
  • Jour 10, mardi 3 juillet : des vivres et des médicaments sont acheminés. Et des médecins rejoignent les enfants et évaluent leur capacité à plonger, dès mardi ou plusieurs jours plus tard si besoin est. Le pompage continue pour faire au maximum baisser le niveau de l’eau et rendre l’évacuation moins difficile.
  • Jour 11, mercredi 4 juillet : diffusion par la marine thaïlandaise d’une deuxième vidéo, montrant les enfants, qui se disent «en bonne santé».
  • Jour 12, jeudi 5 juillet : les sauveteurs espèrent toujours pouvoir, à l’aide de pompes, faire baisser à temps le niveau de l’eau de façon suffisante pour que les enfants n’aient pas ou peu de plongée à effectuer.
  • Jour 13, vendredi 6 juillet : un ancien membre des commandos de marine thaïlandais meurt, faute d’une réserve d’oxygène suffisante, après avoir approvisionné les enfants, semant le doute quant à une extraction en plongée dans l’urgence.
  • Jour 14, samedi 7 juillet : «Je demande pardon à tous les parents» — lettre d’excuses du jeune entraîneur, lui aussi coincé, rendue publique par les secouristes. Une sortie de la grotte en plongée reste exclue pour l’heure par les autorités, malgré une baisse du niveau d’oxygène.
  • Jour 15, dimanche 8 juillet : évacuation réussie de quatre premiers enfants, chacun escorté par deux plongeurs professionnels.
  • Jour 16, lundi 9 juillet : sortie de quatre autres garçons.
  • Jour 17, mardi 10 juillet : évacuation réussie des quatre derniers enfants et de leur jeune entraîneur.

Les 13 membres de l’équipe de soccer junior s’en sortent donc tous sains et saufs.