«Tenez bon!», lance un des 33 mineurs chiliens aux jeunes Thaïlandais coincés

Mario Sepulveda
Photo: Paul J. Richards Agence France-Presse Mario Sepulveda

« Tenez bon ! », lance Mario Sepulveda, un des 33 mineurs chiliens, célèbres pour leur sauvetage épique en 2010 après 69 jours sous terre, aux douze enfants et leur entraîneur de football coincés dans une grotte en Thaïlande.

Le plus charismatique des mineurs, incarné à l’écran par Antonio Banderas, s’est dit même prêt à aller sur place pour partager son expérience.

« Je veux leur envoyer un salut et dire aux autorités et aux familles de ces enfants qui sont sous terre : tenez bon ! », déclare-t-il dans un message vidéo envoyé à l’AFP à Mexico, où il était en déplacement.

« Je ne doute pas que si le gouvernement de ce pays met tout en place et fait tous les efforts nécessaires, ce sauvetage sera un succès », ajoute celui qui apparaît un casque rouge sur la tête et vêtu d’un gilet jaune fluo.

Les jeunes Thaïlandais, âgés de 11 à 16 ans, et leur entraîneur sont « en bonne santé », selon une vidéo publiée mercredi, mais leur évacuation reste en suspens, d’après les secouristes qui luttent encore pour faire baisser le niveau de l’eau avant le retour de la pluie prévu pour vendredi.

Le groupe, coincé dans la grotte depuis onze jours, a été découvert tard lundi par des plongeurs britanniques participant à cette grande opération internationale à plus de quatre kilomètres à l’intérieur de la galerie.

L’alerte avait été donnée dès le samedi 23 juin au soir par une mère de famille qui ne voyait pas revenir son fils de l’entraînement. Les affaires des enfants — vélos et chaussures — ont été retrouvées quelques heures plus tard juste à l’entrée de la grotte.

« Je vais faire mon possible. Je suis en train de parler avec quelqu’un du gouvernement [chilien] pour réunir de l’argent. Je pense qu’en tant que pays, c’est important d’être présent après ce que nous avons traversé, nous les mineurs », a ajouté Sepulveda, 47 ans, qui donne aujourd’hui des conférences de motivation, lors d’un entretien téléphonique à l’AFP.

Faute de soutien du gouvernement, il se dit prêt à chercher des financements privés. « J’adorerais aller [en Thaïlande], je crois que ce serait très important de soutenir les familles, avec des paroles, avec une accolade, un encouragement », a-t-il ajouté.

Il appelle également les autorités à ne pas lésiner sur les moyens, lors de l’opération de secours.

« Il faut de nombreuses ressources : du gouvernement thaïlandais, de ceux qui voudront faire des dons, et faire appel à des plongeurs professionnels pour sortir ces enfants rapidement », a ajouté à l’AFP « Super Mario », surnommé ainsi pour avoir encouragé ses camarades d’infortune en 2010.