«Attaques» acoustiques: après Cuba, la Chine?

Mike Pompeo a précisé avoir demandé « l’assistance » des autorités chinoises.
Photo: Pablo Martinez Monsivais Archives Associated Press Mike Pompeo a précisé avoir demandé « l’assistance » des autorités chinoises.

Washington — L’incident « sanitaire » dont a été victime un employé du gouvernement américain en Chine est « très similaire » aux mystérieuses « attaques » contre la santé de diplomates des États-Unis à Cuba, a déclaré mercredi le secrétaire d’État américain Mike Pompeo.

L’ambassade des États-Unis en Chine avait émis un peu plus tôt mercredi une alerte sanitaire, cet employé ayant été victime d’une lésion cérébrale. Elle a dit ne pas connaître la raison des symptômes, ni savoir si d’autres cas sont à déplorer dans ce pays.

« Les symptômes médicaux » de cet « incident » sont « très similaires et totalement compatibles avec les symptômes médicaux qui ont affecté des Américains travaillant à Cuba », a affirmé Mike Pompeo devant une commission parlementaire.

« Nous avons des équipes médicales qui se rendent sur place », et « nous tentons de comprendre ce qui s’est passé à La Havane et maintenant en Chine », a-t-il ajouté.

Mike Pompeo a précisé avoir demandé « l’assistance » des autorités chinoises. « Elles se sont engagées à honorer leurs engagements dans le cadre de la Convention de Vienne pour assurer la sécurité des diplomates américains », a-t-il ajouté.

Plus de vingt diplomates américains en poste à La Havane ont été touchés, entre fin 2016 et l’été 2017, lors de mystérieuses « attaques ciblées » qui ont occasionné pertes d’audition, vertiges, insomnie ou encore problèmes de vue. Elles ont parfois été décrites comme des « attaques acoustiques », bien que le département d’État ait fait preuve d’une grande prudence sur les causes.

Sans en connaître le ou les auteurs, les États-Unis tiennent toutefois les autorités cubaines pour responsables, au minimum, car elles n’ont pas été en mesure de garantir la sécurité des diplomates. Ils ont donc rappelé fin septembre plus de la moitié du personnel de leur ambassade à La Havane, provoquant une nouvelle crise diplomatique.

Au sujet de l’enquête sur ces « attaques » à Cuba, Mike Pompeo a annoncé mercredi qu’il attendait un rapport interne « d’ici le milieu de la semaine prochaine ».