La chasse à la corruption s’intensifie en Chine

Le président chinois, Xi Jinping, a été réélu à l’unanimité par le Parlement pour un nouveau mandat de cinq ans à la tête du pays. 
Photo: Nicolas Asfouri Agence France-Presse Le président chinois, Xi Jinping, a été réélu à l’unanimité par le Parlement pour un nouveau mandat de cinq ans à la tête du pays. 

« La pire menace pour le Parti »… Au pouvoir depuis cinq ans, Xi Jinping a engagé une campagne sans précédent contre la corruption, qui a sanctionné pas moins de 1,5 million de cadres du parti au pouvoir en Chine. Des millions de fonctionnaires de l’État pourraient à présent se retrouver dans le viseur.

Un nouvel organe extrajudiciaire baptisé Commission nationale de supervision (CNS) vient d’être créé afin d’élargir à l’ensemble de la fonction publique la chasse aux corrompus. Ses pouvoirs seront définis mardi lors d’un vote du Parlement.

Ce nouveau gendarme viendra compléter le rôle de la redoutée Commission de discipline du Parti communiste chinois (PCC), qui a mené ces dernières années une véritable inquisition contre les pots-de-vin, visant tant « les mouches » (les petits cadres) que les « tigres » (les hauts dirigeants).

D’aucuns soupçonnent que la campagne anticorruption lancée par le président Xi Jinping lui a aussi servi à écarter des opposants internes.

Manquement aux droits ?

Mais les défenseurs des droits de l’homme s’inquiètent surtout de voir la CNS donner une façade légale à une répression qui s’est traduite par des détentions secrètes et des accusations de torture.

Inscrit dans la Constitution, le nouveau système « a l’apparence de la légalité », mais ne contient « aucune amélioration notable qui permettrait de garantir une procédure équitable », s’alarme Maya Wang, de Human Rights Watch. Selon cette organisation de défense des droits de la personne, au moins 11 suspects sont morts en détention entre 2010 et 2015 alors qu’ils étaient interrogés par la Commission de discipline du Parti communiste.

C’est d’ailleurs l’actuel secrétaire adjoint de cette commission, Yang Xiaodu, qui a été élu dimanche à la présidence de la nouvelle institution étatique.