Le nettoyage ethnique des Rohingyas se poursuit au Myanmar

Une campagne de l’armée myanmaraise, qualifiée d’épuration ethnique par les Nations unies, a poussé à l’exode près de 700 000 musulmans rohingyas depuis août 2017.
Photo: Manish Swarup Associated Press Une campagne de l’armée myanmaraise, qualifiée d’épuration ethnique par les Nations unies, a poussé à l’exode près de 700 000 musulmans rohingyas depuis août 2017.

Rangoon — Le nettoyage ethnique des musulmans rohingyas « se poursuit » au Myanmar, a dénoncé mardi le Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU, avec une campagne de « terreur et de famine organisée » destinée à les faire fuir vers le Bangladesh.

« Le nettoyage ethnique des Rohingyas se poursuit », affirme dans un communiqué Andrew Gilmour, sous-secrétaire général aux droits de l’homme de l’ONU, haussant le ton plus de six mois après le début de la crise.

Une campagne de l’armée myanmaraise, qualifiée d’épuration ethnique par les Nations unies, a poussé à l’exode près de 700 000 musulmans rohingyas depuis août 2017. Et des centaines continuent de passer la frontière du Bangladesh chaque semaine.

« Le gouvernement myanmarais ne cesse de répéter au monde qu’il est prêt au retour des Rohingyas, mais dans le même temps, les forces de sécurité continuent de les faire partir au Bangladesh », ajoute Andrew Gilmour, dénonçant le rôle central de l’armée et l’inaction du gouvernement.

L’armée myanmaraise insiste sur le fait que l’opération militaire a été déclenchée à la suite d’attaques fin août 2017 de rebelles rohingyas qualifiés de « terroristes ».

La Prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, à la tête du gouvernement civil en place depuis 2016 au Myanmar après des décennies de dictature militaire, est quant à elle accusée de jouer le statu quo avec l’armée et son opinion publique.

Un embargo sur les armes réclamé

Le chef adjoint de l’armée myanmaraise, le général Soe Win, a reçu lundi à Naypyidaw, la capitale administrative, le représentant spécial de l’Union européenne pour les droits de l’homme, Stavros Lambrinidis.

Le général « a répété que le gouvernement myanmarais est prêt à accueillir » les réfugiés, mais reconnaît qu’« aucun n’est encore rentré, que ce soit en groupe ou individuellement », a affirmé l’armée mardi, publiant sur Facebook des photos de la rencontre.

Mardi soir, les autorités myanmaraises, interrogées par l’AFP, n’avaient toujours pas commenté les accusations de l’ONU.

Amnesty International a en revanche emboîté le pas à l’ONU, s’inquiétant des informations de « famine organisée ».

« Il est largement temps que la communauté internationale prenne une action importante, comme un embargo sur les armes et des sanctions ciblées », a réagi Amnesty dans un communiqué.

L’accès à la zone de conflit, autour de la ville de Maungdaw, dans le nord de l’État de Rakhine, reste interdit d’accès pour les journalistes et les diplomates, hors voyages express d’une journée organisés au compte-gouttes par l’armée. Seule la Croix-Rouge internationale (CICR) a un accès libre à la zone.

Dans ces conditions, il est donc extrêmement difficile de vérifier de façon indépendante les accusations des réfugiés rohingyas au Bangladesh voisin, qui évoquent des viols, des meurtres, des tortures, des décapitations.

« Des Rohingyas nouvellement arrivés à Cox’s Bazar ont fourni des témoignages crédibles de meurtres, viols, de tortures, d’enlèvements et de famine organisée se poursuivant », estime toutefois le Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU.

Les nouveaux arrivants arrivent désormais de zones plus reculées que celle de Maungdaw, épicentre des violences, désormais « vidée » de sa population rohingya.

Andrew Gilmour s’inquiète du sort des centaines de milliers de Rohingyas s’entassant dans ces camps de fortune, à l’approche de la mousson.

« Ayant tant souffert d’un désastre infligé par l’homme […], nous craignons que s’y ajoute une catastrophe naturelle liée aux fortes pluies, avec glissements de terrain et inondations », a-t-il mis en garde.

L’ONU s’inquiète également d’une épidémie de choléra dans ces camps géants où les conditions sanitaires seront rendues encore plus difficiles par la saison des pluies.