La Chine renforce son contrôle sur les religions

Pékin — La Chine a publié de nouvelles règles encadrant la liberté religieuse, présentées comme visant à renforcer la sécurité nationale, restreindre les pratiques non reconnues par l’État et « faire barrage à l’extrémisme ». Le Parti communiste (PCC) au pouvoir combat l’émergence de tout mouvement organisé qui échappe à son contrôle. Les religions — notamment l’islam et le christianisme — en font partie et sont déjà étroitement surveillées par les autorités. Les nouvelles règles interdisent notamment d’accepter des dons venant de l’étranger et prévoient des amendes allant jusqu’à 300 000 yuans (55 000 $CAN) en cas d’organisation d’un événement non autorisé. L’ouverture d’écoles confessionnelles sera également soumise à des conditions plus strictes. La Chine dit régulièrement faire face à une menace croissante des sectes et de l’islam radical. Les autorités s’inquiètent notamment de la situation dans la région du Xinjiang (nord-ouest), peuplée de nombreux musulmans. Les autorités locales y avaient annoncé en mars l’interdiction du port du voile intégral.