Le dissident et Nobel de la paix peut être transféré à l’étranger

L’Hôpital universitaire médical n° 1 de Shenyang, où Liu est traité, avait indiqué samedi qu’il serait «dangereux» pour lui d’être transféré.
Photo: Nicolas Asfouri Agence France-Presse L’Hôpital universitaire médical n° 1 de Shenyang, où Liu est traité, avait indiqué samedi qu’il serait «dangereux» pour lui d’être transféré.

Shanghai — Des médecins d’Allemagne et des États-Unis qui ont examiné le dissident chinois Liu Xiaobo ont indiqué dimanche que transporter à l’étranger le Nobel de la paix 2010 pour soigner son cancer serait « sans danger », contredisant ainsi des médecins chinois.

« Liu peut être transporté sans danger avec les moyens d’évacuation sanitaires appropriés », ont indiqué l’expert américain en oncologie Joseph Herman, du Centre de traitement du cancer MD Anderson, et le médecin allemand Markus Büchler, de l’Université de Heidelberg, dans un communiqué commun qui accentue la pression internationale sur la Chine pour permettre le départ à l’étranger de M. Liu.

Photo: Richard A. Brooks Agence France-Presse Le dissident chinois Liu Xiaobo (sur l'affiche)

L’Hôpital universitaire médical n° 1 de Shenyang (nord-est), où Liu est traité pour un cancer du foie en phase terminale, avait indiqué samedi qu’il serait « dangereux » pour lui d’être transféré, compte tenu de son état de santé, qui se détériore. Mais les spécialistes américain et allemand qui ont rendu visite à Liu samedi sont d’un avis contraire et estiment que « l’évacuation médicale devrait avoir lieu le plus vite possible ». Cependant, « il existe toujours un degré de risque dans le mouvement de tout patient », observent-ils. Les établissements de l’Américain et de l’Allemand ont donné leur accord pour accueillir Liu et le soigner, selon le communiqué.

Le dissident avait été placé en liberté conditionnelle et hospitalisé après qu’on lui eut diagnostiqué en mai un cancer du foie en phase terminale.

Plusieurs ONG et proches de M. Liu ont reproché à Pékin d’avoir attendu que son état de santé empire avant de lui permettre de sortir de prison, mais les autorités affirment qu’il est soigné par des cancérologues réputés. S’appuyant sur l’avis des médecins américain et allemand, Amnesty International a critiqué les autorités chinoises. « Le communiqué des deux experts montre que les autorités chinoises ont menti quand l’hôpital a publié le communiqué » samedi, a déclaré le chercheur d’Amnesty International, Patrick Poon.

« Le gouvernement chinois devrait faire face à cela plutôt que de cacher des informations et de continuer à falsifier des informations. Il devrait respecter le souhait de Liu Xiaobo de quitter le pays avant qu’il ne soit trop tard », a ajouté M. Poon dans un communiqué.

Les spécialistes américain et allemand ont « constaté la qualité des soins » dispensés à M. Liu à l’hôpital chinois. Mais ils ont observé que davantage pourrait être fait : « Des options supplémentaires existent, parmi lesquelles des procédures interventionnelles et une radiothérapie. » Cette prise de position va à l’encontre des déclarations de l’hôpital au sujet de leur visite samedi. L’établissement chinois avait indiqué que les experts occidentaux avaient affirmé ne connaître « aucune meilleure méthode » que le traitement que reçoit actuellement M. Liu.

Des amis du Nobel l’estiment proche de la mort après l’annonce jeudi par l’hôpital chinois que la fonction hépatique de son foie « se détériore ».

Le militant pro-démocratie âgé de 61 ans a été condamné en 2009 à 11 ans de réclusion pour « subversion » après avoir appelé à des réformes démocratiques. Il avait corédigé un manifeste, la Charte 08, prônant notamment des élections libres. Lors de la cérémonie de remise du Nobel à Oslo en 2010, il était représenté par une chaise vide.

À voir en vidéo