Les heurts se poursuivent au Cachemire indien

Photo: Tauseef Mustafa Agence France-Presse

Srinagar — De nouveaux heurts entre manifestants et police ont éclaté lundi au Cachemire indien, portant le bilan à 30 morts en trois jours de violences à la suite de la mort d’un chef rebelle, a indiqué la police. Des centaines d’autres ont été blessées dans ces manifestations qui ont débuté samedi en dépit du couvre-feu imposé dans la vallée du Cachemire où le gouvernement a tiré à balles réelles à plusieurs reprises sur les manifestants. Ces protestations sont d’une ampleur inédite depuis 2010. Lundi, des centaines de manifestants ont tenté d’envahir une base aérienne de l’armée à environ 25 km au sud de la capitale Srinagar. Pour le troisième jour de suite, l’activité est paralysée dans la vallée, magasins et entreprises restant fermés. L’annonce de la mort du chef islamique Burhan Wani, tué vendredi par les forces gouvernementales, a suscité samedi la colère de ses partisans qui se sont rassemblés par milliers dans les rues, défiant le couvre-feu. Le groupe islamique Hizb-ul Mujahideen est l’un des multiples groupes qui combattent les autorités indiennes depuis des décennies et réclament l’indépendance du Cachemire. Près de 300 personnes, dont 100 policiers, ont été blessées dans les heurts et les hôpitaux sont débordés.