Un otage canadien a été exécuté par des extrémistes aux Philippines

Dans des vidéos mises en ligne, Robert Hall (à gauche) et John Ridsdel, ainsi que les deux autres otages, sont vus assis sur le sol dans une clairière avec des militants islamistes lourdement armés derrière eux.
Photo: YouTube La Presse canadienne Dans des vidéos mises en ligne, Robert Hall (à gauche) et John Ridsdel, ainsi que les deux autres otages, sont vus assis sur le sol dans une clairière avec des militants islamistes lourdement armés derrière eux.

Kananaskis — Le premier ministre Justin Trudeau a condamné, lundi, le meurtre d’un Canadien « commis de sang-froid » par les militants islamistes qui le retenaient en otage aux Philippines depuis sept mois et qui l’ont décapité.

M. Trudeau a confirmé que la victime était John Ridsdel, un résidant de Calgary âgé de 68 ans.

L’homme avait été enlevé par des membres du groupe armé Abou Sayyaf en compagnie d’un autre Canadien, Robert Hall, d’un Norvégien et d’une Philippine en septembre dernier dans une marina située sur l’île de Samal, dans le sud du pays.

Les militants avaient menacé de décapiter l’un des trois captifs masculins s’ils ne recevaient pas une rançon colossale réclamée avant 15 h lundi, heure locale.

M. Trudeau a dit qu’il était « outré » qu’un sac de plastique contenant la tête de M. Ridsdel ait été jeté dans la rue lundi soir par deux hommes à Jolo, une ville de la province de Sulu.

« Le Canada condamne sans réserve la brutalité des ravisseurs et cette mort inutile », a-t-il déclaré lors d’une apparition organisée rapidement devant les journalistes pendant une retraite de son cabinet. « La responsabilité de ce meurtre commis de sang-froid revient entièrement au groupe terroriste qui a pris la victime en otage. »

Justin Trudeau a indiqué que son gouvernement travaillerait avec son homologue philippin et ses partenaires internationaux afin de retrouver les auteurs de ce « crime haineux » et de les traduire en justice.

Au nom de tous les Canadiens, il a aussi exprimé ses plus sincères condoléances à la famille et aux amis de M. Ridsdel.

« Ils ont traversé une terrible épreuve et vivent des moments extrêmement douloureux, nos pensées les accompagnent pendant qu’ils surmontent ces moments difficiles. »

Aucune rançon

M. Trudeau a ajouté que le gouvernement n’allait pas commenter ou dévoiler d’information qui pourrait « compromettre les efforts ou mettre en danger les otages restants ».

Il n’a répondu à aucune question, notamment celle demandant si le gouvernement avait payé une rançon pour M. Ridsdel ou pour M. Hall. Par contre, un responsable a déclaré que la politique de longue date du gouvernement était de ne jamais payer de rançon.

La chef intérimaire du Parti conservateur, Rona Ambrose, a qualifié la nouvelle de l’exécution de M. Ridsdel de « choquante et affligeante ».

« Des incidents comme cela nous rappellent à tous que la menace du terrorisme demeure très réelle, a-t-elle indiqué dans une déclaration. Nous devons être solidaires avec nos alliés contre le terrorisme, qui demeure le plus grand défi auquel le monde fait face aujourd’hui. »

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, a demandé au gouvernement Trudeau de faire tout ce qui est possible pour sauver les autres otages et a déclaré que « nous condamnons unanimement cet acte odieux ».

« Nous devons poursuivre nos efforts diplomatiques pour la paix dans le monde et surtout, ne pas baisser les bras malgré les événements tragiques comme celui d’aujourd’hui », a ajouté le chef dans une déclaration.

Dans des vidéos mises en ligne, M. Ridsdel et M. Hall, ainsi que les deux autres otages, sont vus assis sur le sol dans une clairière avec des militants lourdement armés derrière eux. Dans certaines des vidéos, on voit un militant placer un long couteau sur le cou de M. Ridsdel. Deux drapeaux noirs sont suspendus sur le feuillage épais.

Plus tôt lundi, la police philippine avait annoncé la découverte de la tête d’un homme caucasien dans le sud de l’archipel, sans toutefois identifier la victime.

Les otages seraient détenus sur l’île de Jolo, dans la province de Sulu, une région sauvage dominée par la jungle où les extrémistes garderaient plusieurs prisonniers.

Abou Sayyaf, que le Canada et d’autres pays occidentaux considèrent comme une organisation terroriste, a réussi à survivre pendant plus de 20 ans grâce aux importantes sommes d’argent récoltées par le biais d’enlèvements, surtout de touristes et de missionnaires étrangers, et d’extorsion.

Ces enlèvements font ressortir les problèmes de sécurité qui existent depuis un bon moment déjà dans le sud des Philippines, une région riche en ressources qui souffre de pauvreté, d’une absence de loi et d’ordre et des rébellions de musulmans et de communistes depuis des décennies.

1 commentaire
  • Jérôme Faivre - Inscrit 26 avril 2016 22 h 00

    Nécessaire pour comprendre ?

    Très triste que cette photo ait été publiée partout, y compris en couverture de certains journaux. Cela donne au lecteur l'impression d'être dans la foule spectatrice attendant avec émotion une mise à mort. Le couteau est bien en vue.
    N'apporte rien à l'information. Rien à voir avec le droit à l'information. Habitue au spectacle de la peine capitale.

    Une photo mettant plutôt en valeur les personnes qui étaient des êtres humains respectables avant d'être des otages terrorisés et assassinés n'aurait-elle pas suffi ?
    Cela aurait-il été moins compréhensible que ce terrible regard d'effroi ?