Moscou se dit gravement préoccupé par Pyongyang

Moscou — La Russie a fait part vendredi de sa « grave préoccupation » et a appelé à la « retenue », après la menace brandie par le dirigeant de la Corée du Nord de recourir à l’arme nucléaire en réaction à la résolution de l’ONU aggravant les sanctions imposées à son pays.

La déclaration de Kim Jong-un « suscite une grave préoccupation » à Moscou, a dit aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. « Nous espérons que tous les pays de la région, tout comme les pays tiers, feront preuve de retenue dans cette situation difficile », a-t-il ajouté.

Au cours d’une rencontre avec les membres du Conseil de sécurité russe, le président, Vladimir Poutine, a évoqué « la situation extrêmement tendue en ce qui concerne la Corée du Nord », a ajouté M. Peskov.

Une délégation diplomatique russe a également rencontré à Moscou une délégation chinoise, selon un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères.

Elles ont ensemble dénoncé « la volonté de certaines puissances de profiter des tendances négatives en vue de briser en leur faveur l’équilibre des forces militaires », d’après la même source.

« Il est inadmissible [que la situation] aille vers l’affrontement et une course aux armements dans la région », a ajouté le ministère.

Propos menaçants

Cette réunion est intervenue sur fond d’inquiétude internationale suscitée par les propos menaçants de Kim Jong-un.

« Nous devons être toujours prêts, à chaque instant, à utiliser notre arsenal nucléaire », a-t-il en effet déclaré, cité vendredi par l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA.

Il a également averti que la situation dans la péninsule coréenne divisée s’était tellement détériorée que la Corée du Nord devait changer de stratégie militaire, brandissant la menace d’« attaques préventives ».