Myanmar: les forces de police se préparent pour le scrutin

Rangoun — Dans une salle de classe improvisée dans le centre de Rangoun, quelques dizaines d’hommes en uniforme écoutent attentivement leur leçon du jour sur la sécurité des élections qu’ils devront assurer en tant que membres de la nouvelle police spéciale mise en place pour le scrutin. Quelque 30 millions d’électeurs sont appelés aux urnes pour des législatives historiques après des décennies de dictature militaire. L’opposition emmenée par Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix maintenue en résidence pendant 15 années par la junte, est donnée favorite des élections. Mais certains craignent que des troubles éclatent à cette occasion dans un pays toujours en proie à plusieurs conflits civils dans ses régions frontalières et où les tensions interreligieuses sont fortes. La nouvelle force, très controversée dans un pays mise au pas par les militaires pendant des décennies, a été équipée d’uniformes de la police et dotée d’un petit signe distinctif sur les épaulettes. Depuis l’autodissolution de la junte en 2011, la Birmanie a lancé de nombreuses réformes — sur le plan des libertés, d’un point de vue économique —, mais ces derniers mois de gouvernements composés de généraux ayant renoncé à leur uniforme a donné des signes de raidissement.