Arrestation d’un suspect turc en Thaïlande

Un suspect turc a été arrêté samedi dans l’enquête sur l’attentat meurtrier de Bangkok, en possession de matériaux permettant de fabriquer une bombe, première avancée significative 12 jours après le drame.
 

Voyageant sous une identité turque qui doit encore être confirmée par Ankara, l’homme « possède plusieurs passeports », a annoncé le colonel Banphot Phunphien, porte-parole de la junte au pouvoir.

 

Le passeport turc d’un dénommé Adem Karadag, 28 ans, a été montré à la télévision, ainsi que des dizaines de faux passeports turcs.

L’homme, qui a été mis en examen, aurait été motivé par une « querelle privée », a déclaré samedi la police. « Il est peu probable que ce soit un terroriste international, c’est une querelle privée », a assuré le chef de la police nationale, Somyot Poompanmoung, samedi soir à la télévision.

 

Il n’était pas joignable pour plus de détails, pour préciser l’objet de cette « querelle ».

La seule chose claire pour l’heure est que l’enquête s’oriente du côté de la Turquie. Malgré l’évocation déroutante d’une « querelle privée », la piste d’un attentat mené en représailles à l’expulsion en juillet par Bangkok d’une centaine d’Ouïghours, minorité musulmane turcophone opprimée en Chine, reste ouverte.

 

En juillet, à l’appel d’une association oeuvrant en faveur des droits des Ouïghours, quelque 200 personnes avaient saccagé en juillet le consulat de Thaïlande d’Istanbul pour dénoncer la décision de Bangkok.

Mais samedi, la police thaïlandaise restait très prudente. Elle a diffusé une photo de l’homme lors de son arrestation dans son appartement de la banlieue est de Bangkok, avec les objets saisis placés sous scellés et disposés sur le tapis à ses pieds.

Parmi eux, « des matériaux de fabrication d’une bombe », a déclaré le général Chaktip Chaijinda, chef adjoint de la police nationale, se disant « confiant dans le fait qu’il est probablement impliqué dans l’attentat » qui avait fait 20 morts le 17 août en plein centre de Bangkok.

Une chemise portant des traces de TNT fait partie des objets saisis.

« Nous ne pouvons pas encore dire s’il s’agit de l’homme du portrait-robot », établi à partir d’images de vidéosurveillance, d’un homme soupçonné d’avoir posé la bombe, a néanmoins mis en garde le général Chaktip.

D’après le mandat d’arrêt et le portrait-robot diffusé par les autorités thaïlandaises, il s’agit d’un « étranger non identifié », grand, à la peau claire, portant une chemise jaune et des lunettes à monture noire. Il avait été entendu parlant une langue étrangère autre que l’anglais.

Première arrestation

C’est la première arrestation, douze jours après l’explosion dans ce sanctuaire hindouiste situé en plein centre de Bangkok, qui a coûté la vie à 20 personnes et fait plus de 120 blessés, parmi lesquels de nombreux touristes asiatiques.

En l’absence de revendication jusqu’ici, cette arrestation devrait permettre de lever le mystère, jusqu’ici entier, de cet attentat, d’une ampleur inédite en Thaïlande.

Jusqu’ici, la police thaïlandaise a multiplié les déclarations parfois contradictoires. Plusieurs personnes avaient été interrogées ces derniers jours, dont trois Ouïghours.

La police et la junte ont à plusieurs reprises exclu la possibilité que l’attaque soit le fait d’un groupe terroriste international, mais certaines de leurs déclarations ont ensuite semblé moins affirmatives.

Habituée aux longues crises politiques, la Thaïlande a connu plusieurs épisodes de manifestations violentes mais jamais d’attentat à la bombe de ce type.

Les militants islamistes de la région ont déjà mené des attaques dans des pays d’Asie du Sud, en particulier sur l’île indonésienne de Bali en 2002, mais la Thaïlande n’a à ce jour jamais été une cible.

Et aucun lien n’a été fait entre cette attaque et les rebelles musulmans du sud du pays, où les attentats sont fréquents mais jamais de cette ampleur et leur lutte pour une plus grande autonomie est toujours restée localisée.