Des milliers de déplacés inaccessibles

Des réfugiés dans le camp de Waingmaw, dans l'État kachin
Photo: Agence France-Presse Des réfugiés dans le camp de Waingmaw, dans l'État kachin

Rangoun — L’ONU a annoncé mardi ne plus avoir accès à des milliers de personnes déplacées dans des zones tenues par une rébellion locale combattant l’armée dans le nord de la Birmanie. Les convois qui approvisionnaient près de 30 000 personnes déplacées en raison des combats entre l’armée et la rébellion en État kachin ne peuvent plus y accéder depuis septembre.

« C’est notamment dû à la situation sécuritaire volatile et aux retards de la bureaucratie pour fournir des autorisations », déplore le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) dans un communiqué. Cette annonce survient alors que les combats entre les rebelles kachins et l’armée birmane se sont multipliés récemment.

L’aide du Programme alimentaire mondiale (PAM) est notamment interrompue, précise l’ONU, se disant inquiète pour ces 27 500 personnes déplacées, parmi lesquelles 12 000 enfants, en ce début de saison froide.

Les dernières négociations pour un accord de cessez-le-feu national entre le pouvoir birman et les groupes armés de minorités ethniques ont échoué en septembre.

La Birmanie est le théâtre, depuis son indépendance des Britanniques en 1948, de conflits armés entre le pouvoir central et plusieurs des nombreuses minorités ethniques, devenus la plus ancienne guerre civile au monde.

Après la dissolution de la junte en 2011, le nouveau gouvernement a lancé des négociations de paix avec les groupes rebelles, parvenant à des cessez-le-feu avec la plupart d’entre eux. Mais, à moins d’un an de législatives cruciales attendues fin 2015, les espoirs de paix au niveau national se sont heurtés à la méfiance et à la poursuite des combats dans certaines régions.

Une trêve a déjà été conclue avec 14 des 16 principaux groupes rebelles. Mais les discussions avec l’Armée pour l’indépendance kachin (KIA) et l’Armée nationale de libération Ta’ang (TNLA), en État Shan, n’ont pas abouti.