​Après Pékin, Séoul crée une nouvelle zone de défense aérienne

Séoul — Séoul a annoncé, dimanche, qu'elle agrandissait sa zone de défense aérienne à la suite de la décision de Pékin d'établir une nouvelle zone au-dessus de la mer de Chine orientale.

La Corée du Sud avait demandé plus tôt à la Chine de revoir sa nouvelle zone de défense aérienne parce que cette dernière empiétait sur la sienne, mais le gouvernement chinois a refusé. Les États-Unis, le Japon et d'autres pays se sont également opposés à la zone chinoise.

Pékin avait déclaré le mois dernier que tous les avions pénétrant dans cette nouvelle zone devaient s'identifier et suivre ses directives. Washington, Séoul et Tokyo ont tous effectué des vols militaires dans la région sans aviser la Chine afin de protester.

Chevauchement

La nouvelle zone de défense aérienne sud-coréenne couvre un récif submergé contrôlé par Séoul mais revendiqué par Pékin et englobe la zone chinoise. Elle chevauche également en partie la zone de défense aérienne du Japon.

Le porte-parole du ministère sud-coréen de la Défense, Kim Min-seok, a affirmé devant les journalistes que la Corée du Sud discuterait avec ses voisins des mesures à adopter pour éviter des affrontements accidentels dans la zone. Il a ajouté que la zone sud-coréenne n'empiétait pas sur l'espace aérien des autres pays et que Séoul avait fourni suffisamment d'explications au sujet de cette décision.

Le département d'État américain a accordé son appui à la Corée du Sud, soutenant qu'elle avait choisi une approche prévenant toute confusion et toute menace contre les avions civils.

À voir en vidéo