Tiananmen: Pékin blâme des séparatistes du Turkestan oriental

Pékin — Un groupe militant très peu connu serait à l'origine de l'attentat qui a fait cinq morts au coeur de Pékin, plus tôt cette semaine.

Un responsable de la sécurité chinoise a affirmé vendredi que l'attaque est l'oeuvre du Mouvement islamique du Turkestan oriental (MITO), mais on ne sait pas si ce groupe est vraiment capable d'orchestrer des frappes terroristes.

Pékin affirme que ce groupe est voué au renversement violent de la gouverne chinoise dans la région du Xinjiang, qui abrite la minorité turque musulmane ouïghoure.

La police indique avoir retrouvé un drapeau recouvert de slogans religieux dans le véhicule utilisé lors de l'attaque et dans le logement qu'occupaient cinq suspects interpellés en lien avec cette affaire.

La Chine a déjà affirmé que des attaques précédentes au Xinjiang avaient été inspirées par la propagande djihadiste et a attribué plusieurs d'entre elles au MITO.

De nouvelles barrières antivéhicules avaient été installées vendredi sur la place Tiananmen, le long du trajet emprunté par le VUS quand il a foncé dans la foule. Trente-huit personnes ont été blessées, en plus des cinq qui ont été tuées.

La sécurité a été renforcée au Xinjiang et les Ouïghours sont soumis à une sécurité plus serrée à Pékin. La police affirme que les auteurs de l'attentat sont un homme au nom ouïghour, sa femme et sa mère.

Les États-Unis avaient placé le MITO sur la liste des organisations terroristes après les attentats du 11 septembre 2001. Washington l'a doucement retiré de cette liste un peu plus tard, en raison de doutes sur la structure réelle de l'organisation.


 

À voir en vidéo