Corée du Nord - Après la rhétorique guerrière, le cap sur l'économie

Séoul — La Corée du Nord s'est éloignée lundi, à tout le moins temporairement, de semaines de rhétorique guerrière, désignant un nouveau premier ministre vu comme un réformateur économique, après des déclarations à haut niveau selon lesquelles l’exploitation du nucléaire et une économie plus forte sont les principales priorités du pays.
 
La réémergence de Pak Pong Ju à titre de premier ministre, lors d'une séance parlementaire printanière, est perçue par des analystes comme un signe clair que le dirigeant Kim Jong Un cherche à appuyer ses récentes déclarations promettant de miser sur un renforcement du développement économique. Les Nations unies affirment que les deux tiers des 24 millions de personnes en Corée du Nord font face régulièrement à un manque de produits alimentaires.
 
Pak Pong Ju aurait été écarté en 2007 pour avoir proposé un système de rémunération de style américain.
 
Sa nomination montre qu'il jouera de nouveau un rôle clé dans l'établissement de politiques économiques.
 
John Delury, professeur et analyste établi à Séoul, a affirmé ne pas s'attendre à des virages économiques majeurs. Il a toutefois soutenu qu'une partie des dépenses militaires massives du pays pourrait être répartie dans l'économie dans son ensemble.
 
Des sanctions américaines et des Nations unies avaient suivi les essais nucléaires de la Corée du Nord du 12 février. Pyongyang a réagi avec colère à ces sanctions et aux exercices militaires des États-Unis et de la Corée du Sud.