Le New York Times victime de pirates informatiques chinois

Le FBI a été informé de ces attaques, et le New York Times affirme qu'il a réussi à se débarrasser des pirates avec l'aide d'experts en sécurité informatique.
Photo: -Le Devoir Le FBI a été informé de ces attaques, et le New York Times affirme qu'il a réussi à se débarrasser des pirates avec l'aide d'experts en sécurité informatique.
Ces pirates auraient volé des mots de passe des journalistes, à la recherche de dossiers concernant une enquête menée l'automne dernier par le journal à propos de la famille du plus haut dirigeant chinois, le premier ministre Wen Jiabao.

Le quotidien a engagé des spécialistes de la cybersécurité, qui «ont rassemblé des preuves que des pirates chinois, utilisant des méthodes que certains consultants ont associées à l'armée chinoise par le passé, ont percé les réseaux du Times », soutient le journal.

Les pirates informatiques ont récupéré les mots de passe des employés, et ils ont pu avoir accès aux ordinateurs personnels de 53 d'entre eux. Toutefois, le quotidien affirme que les informations concernant la famille de Wen Jiabao sont demeurées «protégées».

En octobre, le New York Times avait publié une enquête démontrant que la famille de Wen Jiabao avait amassé une fortune dépassant 2,7 milliards. L'enquête avait fortement embarrassé la direction du Parti communiste chinois. Il semble que les intrusions informatiques dans les systèmes du New York Times ont commencé en septembre, soit au moment où le journal démarrait son enquête.

Le FBI a été informé de ces attaques, et le quotidien affirme qu'il a réussi à se débarrasser des pirates avec l'aide d'experts en sécurité informatique.

Pour sa part le ministre chinois de la Défense a nié tout lien entre cette cyberattaque et son gouvernement. Il a qualifié les accusations du New York Times de «non professionnelles et sans fondement».

À voir en vidéo