Hu Jintao: la Chine est malade du Parti, mais seul le Parti peut la soigner

Hu Jintao
Photo: Agence France-Presse (photo) Archives Hu Jintao

Pékin – Véritable testament politique, le discours du président Hu Jintao à l’ouverture jeudi du congrès du PC chinois (PCC) a livré à son successeur Xi Jinping une feuille de route inédite : s’il ne combat pas la corruption qui ronge le parti unique, a-t-il prévenu, c’est le régime tout entier qui s’effondrera. Mais sans lui fournir la moindre solution, selon les analystes.


Cri d’alarme tardif, lancé à l’heure de son départ devant quelque 2000 délégués du PCC réunis à Pékin, il ne s’est accompagné d’aucune annonce de révision majeure : pour Hu Jintao, si la Chine souffre de la corruption de ses élites, seule « la foi communiste dans le marxisme, le socialisme et le communisme » peut la sauver, car elle est son « âme politique », a-t-il dit.


Et à défaut de citer une quelconque réforme politique, le président sortant s’est évertué durant 90 minutes à souligner « le rôle dirigeant » du PCC qui doit encore se renforcer dans tous les domaines, car « jamais nous ne copierons un système politique occidental », a-t-il dit.


Vendredi, la presse officielle soulignait à l’unisson que le secrétaire général sortant avait engagé le PCC à « maintenir résolument la voie socialiste aux caractéristiques chinoises ». « Alors que certains conservateurs plaident pour un retour au passé plus égalitaire de la Chine, avec une économie plannifiée et un contrôle idélologique, d’autres influences libérales ont cherché à dupliquer en Chine le modèle occidental », commentait vendredi le quotidien officiel Global Times.


A l’issue du congrès, Xi Jinping héritera du plus grand parti du monde, avec 82 millions de membres, au contrôle de tous les échelons de la société et de l’économie chinoises, deuxième mondiale depuis 2010.


Mais « le Parti » est malade. Les dangers qui le guettent sont « de plus en plus graves ». La corruption « est un problème politique majeur, source de grande inquiétude dans la population ». Elle requiert « un engagement politique clair du Parti à long terme », a souligné Hu Jintao.


Miné à la base par les prébendes, pots-de-vin et abus de pouvoir de ses cadres locaux, il est éclaboussé au sommet par des révélations sur la fortune des familles des plus hauts dirigeants, dont celle de Xi Jinping lui-même.


Et l’affaire Bo Xilai, du nom de l’ex-membre du Bureau politique déchu cette année, impliquant à elle seule corruption, abus de pouvoir et mort d’homme, a empoisonné les préparatifs du congrès communiste.


« Si nous échouons à traiter cette question correctement, elle pourra s’avérer fatale pour le Parti, et même provoquer son effondrement et la chute de l’État », a averti Hu Jintao à la fin de son discours.


L’allusion est claire au soulèvement du « printemps de Pékin » de 1989, quand la population, à travers tout le pays, était descendue dans la rue pour exiger la fin de la corruption - déjà - et des réformes politiques. Le Parti et l’État s’étaient retrouvés au bord de l’effondrement, comme ils l’avaient été déjà dans le passé durant la révolution culturelle (1966-1976).


Dans les deux cas, seul le recours à l’armée avait sauvé le régime. Les solutions ? « Nous devons encourager les membres du Parti à devenir des parangons de vertus socialistes », « étudier le marxisme-léninime et la pensée de Mao Tsé-toung », « être fermes dans notre idéal et nos convictions et rester fidèles à la foi des communistes », assuré le président sortant.

À voir en vidéo

1 commentaire
  • Vladislav Kivepe - Inscrit 13 novembre 2012 09 h 52

    Bonnet blanc et blanc bonnet.

    La Chine et son Parti Communiste sont la démonstration que la doctrine ultralibérale de Milton Friedman et le développement qui en a été fait par l'école de Chicago sont fallacieux.

    Chacun le constate aujourd'hui avec la crise : il n’y a pas de corrélation directe entre la nature du pouvoir politique d’un pays et la richesse de ce même pays.

    C’est la volonté de développer l’économie réelle qui compte et pas la complaisance aux idéologies de toutes natures qui n’existent que pour soumettre les populations au pouvoir de quelques-uns que ce soit au nom de l’état ou au nom d'un individualisme tenté de libéralalisme de bon aloi.


    Il est temps d'inventer autre chose pour que le bonheur des populations devienne une priorité, fusse au détriment du pouvoir d'une minorité qui impose sa loi contre l'intérêt général et à l'encontre du droit naturel des peuples.