Désaccords aplanis au sein de l’ANASE

Phnom Penh — Les pays d’Asie du Sud-Est sont parvenus à un consensus sur la façon de gérer leurs différends territoriaux avec la Chine, une semaine après l’échec d’une réunion ministérielle, a indiqué le chef de la diplomatie cambodgienne hier, accusant Hanoï et Manille d’être à l’origine des dissensions.

La semaine dernière, les dix ministres des Affaires étrangères de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (ANASE) réunis à Phnom Penh, s’étaient séparés sans publier de communiqué final conjoint, pour la première fois en 45 ans d’existence du bloc, incapables d’aplanir leurs désaccords concernant les disputes territoriales avec Pékin en mer de Chine méridionale.


Les membres se sont mis d’accord sur six principes incluant la non-utilisation de la force pour régler les différends et l’engagement à travailler sur un « code de conduite » censé apaiser les tensions et prévenir les conflits.


Pékin et cinq pays de la région se disputent les archipels des Paracels et des Spratleys supposés riches en hydrocarbures et traversés par des voies maritimes internationales.