Loi anticorruption en Inde - Hazare met fin à son jeûne

Anna Hazare<br />
Photo: Agence Reuters Danish Siddiqui Anna Hazare

Mumbaï — Le militant indien Anna Hazare, 74 ans, a mis un terme hier à sa grève de la faim entamée la veille pour protester contre un projet de loi anticorruption qu'il juge insuffisant, alors que sa santé inquiète les médecins.

«Nous avons décidé que j'arrêterai aujourd'hui ma grève de la faim», a déclaré Harare, les médecins lui ayant conseillé de s'alimenter de nouveau du fait de sa faible tension et de troubles rénaux. Hazare voulait à l'origine cesser de s'alimenter pendant trois jours.

L'été dernier, le militant a rassemblé des milliers de partisans dans le cadre de sa croisade anticorruption.

La chambre basse du Parlement de New Delhi a adopté mardi le projet de loi Lokpal créant un poste de défenseur des droits.

Anna Hazare s'est opposé à cette version du projet avant qu'elle ne passe devant la chambre haute du Parlement, qui peut la renvoyer à la chambre basse pour amendement. Il réclame que le médiateur puisse superviser la police fédérale, ce que ne prévoit pas le texte, et avait entamé mardi une nouvelle grève de la faim en espérant que le texte serait amendé. La chambre haute doit se prononcer aujourd'hui sur le texte.

«Le gouvernement trompe le peuple, a déclaré le militant anticorruption. Un jour, le peuple donnera une leçon au gouvernement.»

Contrairement aux foules qui s'étaient massées pour le soutenir pendant son jeûne de deux semaines en août, peu de partisans se sont mobilisés pour cette nouvelle grève de la faim. Un membre de son entourage a estimé que cette faible mobilisation pouvait s'expliquer par le manque d'objectif clair de cette nouvelle action.