Une jeune Indonésienne retrouve sa famille sept ans après le tsunami

Banda Aceh, Indonésie — Une jeune fille qui avait été emportée lors du tsunami de 2004 dans l'océan Indien a retrouvé ses parents cette semaine en Indonésie, après les avoir longuement cherchés.

La jeune fille, aujourd'hui âgée de 15 ans, a retrouvé sa famille dans la ville de Meulaboh, dans la province d'Aceh, durement touchée par le tsunami.

Elle a raconté que peu après la catastrophe, elle avait été «adoptée» par une femme qui l'a baptisée Wati eta qui l'a forcée à mendier en la battant et en l'obligeant à rester dans la rue jusqu'à tard dans la nuit. Quand elle a cessé de rapporter de l'argent à la dame, celle-ci lui a dit de partir retrouver ses parents en lui disant qu'ils vivaient à Meulaboh.

La jeune fille n'avait que huit ans lors du tsunami, un âge où de nombreux enfants ne connaissent pas le nom complet des membres de leur famille. Avec seulement quelques souvenirs de son passé, elle a commencé ses recherches en disant aux gens qu'elle cherchait son grand-père Ibrahim.

Elle a rencontré un conducteur de taxi-bicyclette à Meulaboh, qui l'a conduite chez un homme qui portait ce nom. Elle ne l'a pas reconnu, mais l'homme, lui, a rapidement retrouvé ses parents.

En les voyant, la jeune fille a été convaincue qu'il s'agissait bien de sa mère et de son père. La famille, qui affirme qu'elle s'appelle Meri Yuranda, l'a aussi reconnue.

Le tsunami du 26 décembre 2004 a fait 230 000 morts dans une dizaine de pays. Des milliers de personnes sont disparues dans la mer, et de nombreuses familles s'accrochent toujours à l'espoir de retrouver leurs proches.

Mais les retrouvailles sont rares. Toutes les réunifications familiales annoncées au cours des cinq dernières années se sont finalement révélées fausses. Mais certaines mères continuent de croire que l'enfant retrouvé est bien le leur, même quand les tests d'ADN prouvent le contraire.

La mère de Meri Yuranda, Yusniar Binti Ibrahim Nur, ne se laisse pas démonter par les récits divergents de sa fille et de son mari quant à la façon dont les choses se sont passé le jour du tsunami.

Meri Yuranda se souvient que son père l'a déposée dans un bateau avec sa jeune soeur et qu'ils ont ensuite été séparés. Elle a dit se souvenir d'avoir été entourée d'eau et d'avoir pleuré.

Mais son père, lui, se souvient d'avoir mis ses deux filles sur le toit de la maison en pensant qu'elles seraient en sécurité. «Elle est peut-être tombée dans le bateau, ou peut-être que quelqu'un l'a aidée. Je ne sais pas», a dit la mère.

«Je remercie Dieu que mes prières aient été entendues», a-t-elle ajouté.