Le sans-gêne des nouveaux riches chinois

Pékin — Les idéaux révolutionnaires de Mao Zedong en ont encore pris un sacré coup cette semaine. Un club privé réservé aux riches a été découvert à l'intérieur de la cité interdite de Pékin, sur les murs de laquelle est accroché le célèbre portrait géant du président défunt. Selon la presse chinoise, au moins un «banquet nocturne» du club a été organisé, à l'abri des regards, dans le «palais du bonheur achevé», un superbe pavillon soustrait aux regards des millions de touristes qui visitent l'ancienne cité impériale chaque année. Les 500 membres de ce club privé devaient s'acquitter chacun d'un droit d'entrée d'un million de yuans (152 000 $).

À un moment où l'écart des revenus entre les riches et les pauvres n'a jamais été aussi grand depuis la fondation de la République populaire, l'affaire a fait scandale. Elle a été dévoilée, la semaine dernière, sur le microblogue d'un présentateur de la télévision officielle CCTV, avant de faire le tour de l'Internet. «La cité interdite qui naguère appartenait au peuple, est devenu un repaire de riches», s'indigne un internaute.

Après avoir démenti pendant plusieurs jours «ces rumeurs infondées», la direction du Musée de la cité interdite a admis hier l'existence de ce cénacle de nantis qui dégustaient des mets de souverains sous les charpentes ornées du dragon impérial. Des photos sur Internet montrent des membres du club en goguette vêtus d'habits princiers. Ces libations se seraient déroulées à l'insu de la direction, assurent toutefois les responsables du musée.

Cette initiative n'a toutefois rien de singulier. Dans un pays ou 60 % du PIB est concentré entre les mains de 0,03 % de la population selon le Bureau national des statistiques, les clubs de millionnaires foisonnent. L'un des moins connus est tout simplement l'Assemblée nationale populaire (le Parlement chinois). Les 70 députés les plus riches (sur un total de 2987), disposent d'une fortune combinée de 493,1 milliards de yuans (plus de 80 milliards de dollars), révélait en mars le Hurun Report. Cette colossale concentration de milliardaires est d'une ampleur sans commune mesure. Aux États-Unis, les 70 membres les plus fortunés du Sénat et la Chambre des représentants cumulent quant à eux à peine 4,9 milliards de dollars... soit 16 fois moins que leurs «homologues» chinois.