Washington semonce Pyongyang

Washington — La Maison-Blanche a accusé hier la Corée du Nord de contredire ses engagements, après la révélation de l'existence d'un site d'enrichissement nucléaire dans ce pays.

Ces informations «si elles sont exactes, contredisent les promesses et les engagements qu'ils ont contractés [...] vis-à-vis de la communauté internationale», a déclaré à la presse le porte-parole du président Barack Obama, Robert Gibbs, à propos des Nord-Coréens.

Le New York Times a rapporté samedi que la Corée du Nord avait fait visiter la semaine dernière une nouvelle et vaste usine d'enrichissement d'uranium, disposant de centaines de centrifugeuses, à un scientifique américain, Siegfried Hecker. Les autorités nord-coréennes ont affirmé au scientifique que les centrifugeuses étaient destinées à produire de l'uranium faiblement enrichi pour alimenter un nouveau réacteur expérimental à eau légère actuellement en construction, a rapporté M. Hecker, dont le rapport est disponible sur Internet.

Séoul s'impatiente

Le ministre sud-coréen de la Défense, Kim Tae-Young, a de son côté évoqué hier devant le Parlement la possibilité de demander aux États-Unis de déployer des armes nucléaires tactiques en Corée du Sud après la découverte d'une nouvelle usine d'enrichissement d'uranium chez son ennemi du Nord. Les États-Unis avaient retiré ces armes du territoire sud-coréen en 1991.

Le ministère de la Défense sud-coréen a par la suite précisé que le ministre voulait dire que «toutes les options possibles pouvaient être envisagées».

Pour les États-Unis, il est prématuré d'envisager une action en particulier, a affirmé un porte-parole du Pentagone, le colonel Dave Lapan. «Les États-Unis mènent des consultations avec leurs partenaires internationaux pour déterminer les actions à entreprendre à la lumière de cette nouvelle information. Donc, je dirais que c'est prématuré de parler d'une action en particulier», a-t-il déclaré. Il s'est refusé à préciser si le déploiement d'armes nucléaires était envisagé.

L'existence d'un programme d'enrichissement d'uranium en Corée du Nord, révélée ce week-end, a semé le trouble dans la communauté internationale, Washington, Tokyo et Séoul exprimant leurs vives inquiétudes.