«Très bonnes discussions» lors du sommet indo-pakistanais

Thimphu — Pour la première fois en neuf mois, Inde et Pakistan ont tenu hier une rencontre au niveau des chefs de gouvernement et se sont engagés à prendre aussi tôt que possible des mesures en vue d'une normalisation de leurs relations, a indiqué un haut diplomate indien.

Cette rencontre entre le premier ministre indien, Manmohan Singh, et son homologue pakistanais, Youssouf Raza Gilani, a eu lieu en marge d'un sommet des dirigeants des pays asiatiques à Thimphu, capitale du Bhoutan.

L'entrevue, qui s'est traduite par de «très bonnes discussions», marque un réchauffement des relations indo-pakistanaises dans l'impasse diplomatique qui existe depuis les attentats de Bombay en novembre 2008.

«L'idée était de renouer le dialogue, de comprendre la situation. Il s'agissait de réfléchir mûrement. Les regards sont tournés vers l'avenir et non vers le passé», a dit la secrétaire d'État indienne aux Affaires étrangères, Nirupama Rao.

Singh et Gilani, a-t-elle ajouté, ont affirmé leur volonté d'aboutir à une normalisation. Ils ont demandé à leurs ministres des Affaires étrangEres de se rencontrer «pour établir aussi tôt que possible les modalités d'un rétablissement de la confiance».

Les tensions entre les deux pays qui se sont livré trois guerres depuis leur accession à l'indépendance en 1947 dépassent le cadre des relations bilatérales et ont des conséquences régionales, notamment en Afghanistan, compliquant les efforts de stabilisation menés par les États-Unis.

«Les États-Unis soutiennent toujours le dialogue. [...] Nous saluons l'initiative prise par les deux Premiers ministres et nous espérons qu'elle connaîtra une issue positive», a dit à la presse Robert Blake, secrétaire d'État adjoint, présent à Thimphu.

Indiens et Pakistanais avaient des vues divergentes sur le rythme à instaurer dans la reprise du dialogue. Islamabad souhaitait entamer un processus de négociations de paix plus large, mis entre parenthèses par les attentats de Bombay qui avaient fait 166 morts. New Delhi voulait éviter toute précipitation et attend que les Pakistanais prennent des mesures contre les auteurs de ces attaques.

La rencontre d'hier montre une évolution dans la position figée des Indiens qui veulent désormais avancer vers une solution «sur tous les sujets de préoccupation», a précisé Rao.