La Corée du Nord demande à Washington de suspendre son aide

Washington — Les États-Unis ont décidé de suspendre leur aide alimentaire à la Corée du Nord à la demande du régime de Pyongyang, a indiqué hier un porte-parole du département d'État, Robert Wood, soulignant l'inquiétude de Washington pour la population nord-coréenne.

«Nous travaillerons avec les ONG américaines et leurs interlocuteurs nord-coréens pour nous assurer que l'aide alimentaire qui se trouve déjà en Corée du Nord est distribuée aux personnes prévues», a ajouté le porte-parole au cours d'un point de presse.

Les États-Unis ont distribué 169 000 tonnes d'aide à la Corée du Nord par le biais d'organisations non gouvernementales en 2008-09. Le dernier envoi représentait environ 5000 tonnes d'huile végétale et de graines de soja, a précisé M. Wood.

«Il est évident que nous sommes déçus, a-t-il poursuivi. C'est une aide alimentaire dont le peuple nord-coréen a besoin. C'est pourquoi nous sommes inquiets.»

«Cette aide humanitaire que nous fournissons à la Corée du Nord n'a rien à voir avec les négociations à six» (États-Unis, Chine, Japon, Russie et les deux Corées) destinées à convaincre le régime de Pyongyang de renoncer à son programme nucléaire, a-t-il souligné. «Il s'agit d'une inquiétude réelle pour ces gens», a ajouté M. Wood. «Comme vous le savez, la situation alimentaire en Corée du Nord n'est pas bonne. Nous sommes donc très inquiets.»

Le porte-parole a assuré que la Corée du Nord n'avait pas donné d'explication à sa décision de refuser l'aide alimentaire américaine. Il a indiqué que Washington avait été informé «il y a quelques jours» de la décision de Pyongyang. Les États-Unis avaient promis de livrer 500 000 tonnes de nourriture à la Corée du Nord en 2008, dont 400 000 par l'entremise du Programme alimentaire mondial des Nations unies.

Selon une étude du rapporteur spécial de l'ONU sur la situation des droits de l'homme en Corée du Nord, quelque 6,9 millions de Nord-Coréens ne reçoivent pas l'aide alimentaire dont ils ont besoin. «Quelque 8,7 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire et ont donc besoin d'aide», explique le Thaïlandais Vitit Muntarbhorn dans son rapport qui devait être présenté lundi devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU.

À voir en vidéo