Le «Roi» Pelé repose dans sa dernière demeure

Le cercueil de Pelé est arrivé, sur le toit d’un camion de pompiers, au cimetière de Santos, près du stade où « le Roi » a commencé son ascension.
Photo: Carl de Souza Agence France-Presse Le cercueil de Pelé est arrivé, sur le toit d’un camion de pompiers, au cimetière de Santos, près du stade où « le Roi » a commencé son ascension.

La dépouille de Pelé, l’éternel numéro 10 qui a marqué des générations d’amoureux du ballon rond, a rejoint mardi sa dernière demeure : un mausolée de 200 m2 dans le cimetière vertical de la ville brésilienne de Santos, où une foule immense de partisans lui a rendu un vibrant hommage.

« Maintenant, il va pouvoir se reposer », a dit aux journalistes Edinho, l’un de ses six enfants encore en vie, à l’entrée de la nécropole oecuménique où les obsèques ont eu lieu dans l’intimité familiale.

Cette nécropole, un bâtiment ultramoderne de 14 étages à la façade immaculée, est le plus haut cimetière vertical au monde, selon le Livre Guinness des records.

Au premier étage, le mausolée où a été déposé le cercueil de Pelé rappelle un stade de soccer, avec son gazon synthétique et des photos du « Roi », a confirmé mardi à l’Agence France-Presse un responsable de la communication du cimetière.

Avant les obsèques, le dernier hommage du peuple brésilien au triple champion du monde s’est terminé par un émouvant cortège de quatre heures dans les rues de Santos, cité balnéaire dotée du plus grand port d’Amérique du Sud, à 75 km de São Paulo.

Ce sont des adieux mérités pour le plus grand joueur de l’histoire, une célébration digne d’un roi

 

Le cercueil, qui durant la veillée funèbre était resté ouvert et recouvert d’un voile de tulle, laissant seulement apparaître le visage du défunt, a été scellé à 10 h (8 h, heure de l’Est), après avoir été exposé durant 24 heures au centre du stade Vila Belmiro, du Santos FC, où Pelé a brillé de 1956 à 1974.

Plus de 230 000 personnes se sont recueillies devant sa dépouille, un défilé incessant, jour et nuit, d’admirateurs souvent émus aux larmes.

Immense haie d’honneur

Sorti du stade dans une voiturette, le cercueil noir a été hissé sur le haut d’un camion de pompiers, puis recouvert de deux drapeaux : celui du Brésil et celui du Santos FC.

Tout au long du cortège funèbre, qui a parcouru les rues de la ville, passant notamment par le bord de mer, des milliers de partisans formaient une immense haie d’honneur.

Certains chantaient : « 1000 buts, seul Pelé l’a fait ! » Le légendaire Brésilien a inscrit 1091 de ses 1283 buts sous le maillot blanc et noir du club mythique de Santos.

Le moment le plus poignant du cortège a été le passage devant la maison de la mère de Pelé, Celeste Arantes. Âgée de 100 ans, mais atteinte de troubles cognitifs, elle ignore la mort de son fils.

Photo: Caio Guatelli Agence France-Presse Le dernier hommage du peuple brésilien au « Roi » du soccer s’est terminé par un émouvant cortège de quatre heures dans les rues de Santos, cité balnéaire dotée du plus grand port d’Amérique du Sud, à 75 km de São Paulo.

Le camion s’est arrêté quelques minutes devant cette demeure à la façade beige, où un grand drapeau vert à l’effigie de Pelé avait été suspendu.

Sa soeur Maria Lucia, 78 ans, est apparue au balcon, avec d’autres membres de la famille. Visiblement émue, elle a longuement salué les supporters massés devant la maison.

« Il était le plus grand joueur au monde, donc ça vaut la peine d’être ici », a dit à l’AFP Maria Benedita, retraitée de 77 ans, très émue au passage du camion rouge et blanc des pompiers.

Le président Lula face au « Roi »

Le président brésilien, Luiz Inácio Lula da Silva, est venu spécialement à Santos depuis Brasilia pour se recueillir devant la dépouille de Pelé, à la fin de la veillée funèbre.

Arrivé près du stade en hélicoptère, Lula, qui est entré en fonction dimanche, a aussitôt présenté ses condoléances à la veuve de Pelé.

Le chef de l’État a assisté, près du cercueil, à une brève cérémonie religieuse, lors de laquelle le prêtre a évoqué un dialogue imaginaire au paradis entre Pelé et Dieu, qui lui aurait dit : « Ici, tu es encore Roi, mais moi, je suis le Seigneur. »

« Il était incomparable, en tant que footballeur et en tant qu’homme », a déclaré Lula dans une vidéo diffusée par la chaîne Santos TV peu après la visite du président.

« Aucun hommage ne serait assez fort pour ce qu’il a représenté, pour l’histoire qu’il a écrite. C’est un grand sentiment de fierté et de gratitude », a résumé son fils Edinho, ancien gardien de but et entraîneur actuel de Londrina, club de la deuxième division brésilienne.

« Ce sont des adieux mérités pour le plus grand joueur de l’histoire, une célébration digne d’un roi », a dit Rene Rodrigo da Silva, psychologue de 29 ans, qui a assisté au cortège funèbre.

Les hommages ont afflué du monde entier depuis la mort, le 29 décembre, de Pelé, les plus grands noms du soccer, actuels et anciens, saluant son génie pour le « beau jeu ».

Edson Arantes do Nascimento, dit Pelé, a passé un mois à l’hôpital Albert Einstein de São Paulo, jusqu’à sa mort à 82 ans des suites d’une insuffisance rénale et cardiaque, d’une bronchopneumonie et d’un adénocarcinome du côlon, selon le certificat de décès publié par des médias locaux.

À voir en vidéo