Bolsonaro quitte le Brésil avant la fin de son mandat

Bolsonaro ne devrait donc pas être présent dimanche aux cérémonies d’intronisation du nouveau président de gauche, auquel il était censé passer l’écharpe présidentielle selon le protocole.
Evaristo Sa Agence France Presse Bolsonaro ne devrait donc pas être présent dimanche aux cérémonies d’intronisation du nouveau président de gauche, auquel il était censé passer l’écharpe présidentielle selon le protocole.

Le président brésilien Jair Bolsonaro a quitté le Brésil vendredi pour les États-Unis, deux jours avant la fin de son mandat et l’intronisation de son successeur Lula à Brasilia, ont rapporté plusieurs médias.

Il ne devrait donc pas être présent dimanche aux cérémonies d’intronisation du nouveau président de gauche, auquel il était censé passer l’écharpe présidentielle selon le protocole.

Interrogée par l’AFP, la présidence n’a pas souhaité confirmer ces informations.

Après avoir fait ses adieux à ses sympathisants en direct sur les réseaux sociaux, mais sans mentionner un départ, Jair Bolsonaro a embarqué à bord d’un avion de la force aérienne vers 14 h 00, ont indiqué les médias O Globo, CNN Brasil, Estadao et le site d’information UOL.

« Je suis en vol, je reviens bientôt », a dit le chef d’Etat d’extrême droite à la chaîne CNN Brasil.

Un cortège de voitures de la présidence est sorti de l’enceinte de la résidence officielle de l’Alvorada à Brasilia, a constaté un photographe de l’AFP, sans pouvoir confirmer que Bolsonaro se trouvait dans l’un des véhicules.

Le secrétariat général de la présidence a autorisé la sortie du territoire de membres du personnel chargé de la sécurité du « futur ex-président » pour un voyage à Miami « du 1er au 30 janvier 2023 », selon le Journal officiel de vendredi.

Ce devrait être la première fois depuis 1985 qu’un président brésilien sortant décide de ne pas ceindre son successeur de l’écharpe présidentielle.

Cette année-là le dernier président de la dictature militaire en place depuis 1964, le général João Figueiredo, avait refusé de participer à la cérémonie d’investiture de son successeur, José Sarney.

Depuis la victoire de Luiz Inacio Lula da Silva, dit Lula, qu’il n’a jamais félicité, M. Bolsonaro a vécu quasiment reclus à Brasilia et s’est enfermé dans le mutisme.

À voir en vidéo