Glissement de terrain au Venezuela : maintenant une «centaine» de morts

Quarante-trois corps ont été retrouvés et « il y a encore un nombre important de personnes disparues : 56 personnes disparues », a affirmé le président vénézuélien Nicolas Maduro à la télévision d’état VTV.
Yuri Cortez Agence France-Presse Quarante-trois corps ont été retrouvés et « il y a encore un nombre important de personnes disparues : 56 personnes disparues », a affirmé le président vénézuélien Nicolas Maduro à la télévision d’état VTV.

Le glissement de terrain qui s’est produit samedi à Las Tejerias (centre nord du Venezuela) a fait une « centaine » de morts selon les autorités, les secouristes n’ayant mardi soir plus d’espoir de retrouver des survivants parmi la cinquantaine de disparus.

Quarante-trois corps ont été retrouvés et « il y a encore un nombre important de personnes disparues : 56 personnes disparues. Nous atteignons presque une centaine de victimes ayant trouvé la mort dans cette tragédie, cette catastrophe naturelle », a affirmé le président vénézuélien Nicolas Maduro à la télévision d’état VTV.

Le précédent bilan faisait état de 36 morts et 56 disparus. Un deuil national de trois jours avait été décrété dimanche.

 

« Tejerias renaîtra de la douleur, de la tragédie, du désastre et Tejerias brillera à nouveau dans la vie, dans la paix. En avant Tejerias ! » a ajouté le président, qui avait tenu des propos similaires lundi en se rendant sur place.

La vice-présidente Delcy Rodriguez a précisé qu’une grande partie de la ville était désormais à nouveau alimentée en électricité et que les communications téléphoniques étaient rétablies.

Quelque 3000 secouristes continuaient mardi les recherches sur le site de la coulée de boue mais ne se faisaient plus d’illusions. Ce sera « difficile » de retrouver des personnes encore vivantes, confiait à l’AFP, sous couvert d’anonymat, un membre de la Protection civile.

De dramatiques scènes s’enchaînent. Nathalie Matos, 34 ans, indique aux pompiers la pièce remplie de boue où elle pense que sa mère disparue de 65 ans se trouve.

« Je sais qu’elle est là », dit-elle. « Elle était seule (à la maison). Elle m’a appelée. Elle m’a dit : + Ma fille je me noie, l’eau est entrée, sortez-moi d’ici ! Sortez-moi ! Sortez-moi ! Sauvez-moi ! »

« J’ai essayé de la rappeler, elle a répondu mais c’était du bruit… », poursuit-elle.

Cinq pompiers tentent de déblayer la boue avec des pelles. « Le chien a fait des signes ici, dans cette zone de ce qui était le salon et la cuisine. Ça coïncide avec l’indication donnée », explique un pompier.

Malgré les efforts, la recherche est vaine. « Je ne sais pas si je dois crier, je ne sais pas si je dois courir, je ne sais pas si je dois pleurer », se désespère Nathalie Matos.

À quelques mètres de là, une autre équipe travaille sur le site d’une maison emportée par la rivière en crue. Les voisins ont essayé de reconstituer un plan de l’habitation pour aider les secouristes.

« Guidé par l’odeur »

« On est guidé par l’odeur (de décomposition des corps) et aujourd’hui on a senti cette odeur dans plusieurs maisons », expliquait un pompier, également sous couvert d’anonymat.

Lundi en fin de journée, les secouristes se montraient déjà pessimistes. « Ça fait déjà deux jours et si elles (les victimes) ne sont pas mortes heurtées par des pierres et des branchages emportés par le courant, elles sont mortes d’hypothermie », précisait un membre de la Protection civile.

Le Venezuela a connu une saison des pluies peu commune, qui s’est prolongée pratiquement toute l’année en raison du phénomène La Niña. Le mois de septembre a été un mois record en précipitations et ces derniers jours des pluies diluviennes, attribuées en partie au passage de l’ouragan Julia plus au nord, se sont abattues sur le pays. Ces trois dernières semaines, 13 personnes sont mortes ailleurs dans le pays en raison d’inondations ou de glissements de terrains.

À Las Tejerias, « il a plu en huit heures ce qu’il pleut en un mois », a indiqué dimanche la vice-présidente.

La rivière, dont le niveau est monté de plus de six mètres, a tout emporté sur son passage : arbres, rochers, voitures, lampadaires, pylônes téléphoniques et des pans entiers de maisons, dont beaucoup étaient construites dans des zones à risques. La ville de 50 000 habitants déborde sur les flancs des montagnes.

Le glissement de terrain de Las Tejerias est la pire catastrophe naturelle du Venezuela depuis le début du siècle. En 1999, un important glissement de terrain dans l’État de Vargas, au nord du pays, avait tué quelque 10 000 personnes.

Les autorités ont mis en place des hébergements pour sinistrés à Maracay, capitale d’Aragua, l’État où se trouve Las Tejerias, et ont annoncé la distribution de 300 tonnes de nourriture. Des centres de collecte ont également été mis en place dans tout le pays pour recueillir les dons.

À voir en vidéo