L’incendie dans un dépôt pétrolier à Cuba prend de l’ampleur

«Le risque que nous avions annoncé s’est produit, et l’incendie du deuxième réservoir a compromis le troisième», a dit Mario Sabines, le gouverneur de la province occidentale de Matanzas, où se trouve le dépôt.
Yamil Lage Agence France-Presse «Le risque que nous avions annoncé s’est produit, et l’incendie du deuxième réservoir a compromis le troisième», a dit Mario Sabines, le gouverneur de la province occidentale de Matanzas, où se trouve le dépôt.

L’incendie mortel qui a éclaté dans un vaste dépôt pétrolier de l’ouest de Cuba a pris une nouvelle ampleur lundi, quand les flammes ont dévoré un réservoir que les pompiers tentaient par tous les moyens de refroidir.

La catastrophe a débuté vendredi soir, quand la foudre a frappé un des huit réservoirs du dépôt. Le bilan s’établit actuellement à un mort et 125 blessés. Des dizaines de pompiers sont aussi portés disparus. Un deuxième réservoir s’était enflammé samedi, provoquant de multiples explosions.

« Le risque que nous avions annoncé s’est produit, et l’incendie du deuxième réservoir a compromis le troisième », a dit Mario Sabines, le gouverneur de la province occidentale de Matanzas, où se trouve le dépôt.

Des pompiers aspergent les réservoirs restants d’eau pour essayer d’empêcher le sinistre de se propager.

Le Mexique et le Venezuela ont envoyé des équipes spéciales pour combattre les flammes. Des canons à eau, des avions et des hélicoptères ont aussi été mobilisés. Des spécialistes militaires ont érigé des barrières pour endiguer le pétrole qui s’échappe.

Panache d’une fumée nocive

Les dirigeants locaux ont prévenu les résidants de porter des masques ou de rester à l’intérieur en raison du panache de fumée qui peut être aperçu depuis la capitale, La Havane, à 100 kilomètres de là. Les responsables ont prévenu que la fumée contient des substances extrêmement nocives pour la santé.

La majorité des victimes ont été soignées pour des blessures ou après avoir été incommodées par la fumée, dont cinq qui demeurent dans un état critique. Vingt-quatre personnes sont hospitalisées au total. Le corps d’un pompier a été récupéré pendant la fin de semaine. Les proches des disparus sont rassemblés à un hôtel voisin dans l’attente de nouvelles.

Le gouverneur Sabines et le président cubain, Miguel Díaz-Canel, ont expliqué qu’il est impossible de chercher les pompiers disparus en raison des températures infernales.

La catastrophe a entraîné l’évacuation de quelque 5000 personnes, principalement dans le quartier de Dubrocq, à Matanzas. Le pétrole contenu dans les huit réservoirs est utilisé pour générer de l’électricité, mais on ne sait pas quelle quantité de carburant a été perdue jusqu’à présent.

Le premier réservoir qui s’est enflammé était plein à 50 % et contenait environ 25 000 mètres cubes de carburant.

La catastrophe survient au moment où Cuba est frappée par une profonde crise économique. L’île est victime de pannes de courant fréquentes en plein coeur d’un été suffocant.

À voir en vidéo