Brésil: après celui de Rio, le carnaval de rue de Sao Paulo est annulé

«Le carnaval de rue de Sao Paulo est annulé en raison de la situation épidémiologique», a déclaré en conférence de presse le maire Ricardo Nunes.
Photo: Nelson Almeida Archives Agence France-Presse

«Le carnaval de rue de Sao Paulo est annulé en raison de la situation épidémiologique», a déclaré en conférence de presse le maire Ricardo Nunes.

La mairie de Sao Paulo, plus grande métropole d’Amérique Latine, a annoncé jeudi l’annulation de son carnaval de rue en raison de la reprise des contaminations à la COVID-19 au Brésil, où Rio de Janeiro et Salvador de Bahia ont également annulé ces festivités.

« Le carnaval de rue de Sao Paulo est annulé en raison de la situation épidémiologique », a déclaré en conférence de presse le maire Ricardo Nunes.

Comme à Rio, qui a annoncé l’annulation de son carnaval de rue mardi, les autorités paulistes ont néanmoins prévu de maintenir les défilés emblématiques des écoles de samba.

« Nous allons rencontrer les écoles de samba pour établir un protocole sanitaire. Si ce protocole est respecté, les défilés auront bien lieu au Sambodrome », a précisé l’édile de Sao Paulo, mégalopole de 12 millions d’habitants.

Ces défilés fastueux, avec des chars monumentaux, se déroulent dans une enceinte où il est plus facile de contrôler le public et d’exiger éventuellement un passe sanitaire ou un test négatif à la COVID, comme dans un stade de football.

Mais de nombreuses villes brésiliennes sont également connues pour leur carnaval de rue, avec les « blocos », cortèges de fêtards rassemblés par milliers pour suivre des groupes musicaux.

Dans certaines villes, des « blocos » commencent déjà à défiler plusieurs semaines avant les dates officielles du carnaval, qui a lieu fin février.

Avant Sao Paulo, d’autres villes brésiliennes avaient déjà annulé ces cortèges.

Lundi, c’était le cas de Salvador de Bahia, où 16,5 millions de personnes avaient fait la fête dans la rue, un record, lors de la dernière édition, en février 2020.

Mercredi, c’était au tour d’Olinda, autre ville du nord-est brésilien, célèbre pour ses cortèges avec des « bonecos » — géants qui ressemblent à ceux du carnaval de Dunkerque — d’annuler son carnaval de rue, qui avait rassemblé 3,6 millions de personnes il y a deux ans.

Le nombre de cas de COVID-19 est reparti à la hausse ces derniers jours au Brésil, avec les fêtes de fin d’année et l’arrivée du variant Omicron.

Le dernier bilan du ministère de la Santé, datant de mercredi soir, fait état de 27 267 contaminations en 24 heures, du jamais vu depuis le 30 septembre (27 757).

À voir en vidéo