Inondations au Brésil: «pire catastrophe de l’histoire de Bahia»

Une vue aérienne d’Itapetinga, dimanche 
Photo: Clewton Dias / G4TV Drones / Agence France-Presse Une vue aérienne d’Itapetinga, dimanche 

Les inondations provoquées par de fortes pluies dans l’État de Bahia (nord-est du Brésil) ont fait deux nouveaux morts, portant à 20 le nombre de décès depuis début novembre dans la région, avec près de 63 000 personnes déplacées, selon les autorités locales lundi.

« Nous vivons la pire catastrophe de l’histoire de Bahia », a déclaré le gouverneur de Rui Costa, qui supervise depuis samedi une opération conjointe dans les zones touchées avec le gouvernement fédéral et d’autres États.

« C’est une tragédie gigantesque. Je n’ai pas le souvenir de quelque chose de cette dimension dans l’histoire récente de Bahia. Le nombre de maisons, de rues et de villes complètement sous l’eau est vraiment terrifiant », a-t-il estimé après avoir survolé les zones sinistrées.

Le sud de Bahia avait déjà été dévasté par des pluies diluviennes fin novembre, et les précipitations se sont à nouveau intensifiées à partir de jeudi, provoquant des ruptures de digues et des crues ces derniers jours.

Deux nouveaux décès ont été enregistrés dans la ville d’Itabuna. Un homme de 21 ans a été emporté par le courant et une femme de 33 ans a été tuée par un glissement de terrain, selon le dernier rapport du gouvernement local lundi après-midi.

Le nombre de déplacés a presque doublé depuis dimanche. On recense en tout 62 796 personnes qui ont dû quitter leur foyer, selon la Protection civile de Bahia.

Au total, quelque 116 communes, dont au moins 100 en situation d’urgence, et 471 009 personnes sont touchées par ces pluies diluviennes et depuis novembre, quelque 358 personnes ont été blessées.

« L’eau commence à baisser à la source de la rivière Cachoeira et, bien que lentement, on s’attend à une amélioration dans les jours à venir », a indiqué le gouverneur.

Des maisons étaient englouties et des rues transformées en rivières dans plusieurs municipalités du sud de l’État, touché depuis jeudi par de fortes précipitations qui ont provoqué la rupture de barrages et le débordement de rivières pendant le week-end.

À Itapetinga, des images aériennes de l’AFP montrent trois hommes pagayant à plat ventre sur une paillasse dans une rue, dont les maisons ont de l’eau jusqu’aux fenêtres.

Dans cette ville totalement inondée, Idalicio dos Santos tentait de se frayer un chemin dans les eaux brunâtres à bord d’un petit bateau pneumatique.

« J’ai déjà fait une vingtaine de trajets pour amener des gens », raconte cet habitant.

À Itambé, petite ville voisine, Tiola Almeida aidait sa mère à sauver quelques objets.

« Dans certaines maisons, l’eau a monté jusqu’à 1,80 m. Dans celle de ma mère, à 1,40 m », explique-t-il.

L’équivalent d’un mois de pluie est tombé en quelques heures dans certaines municipalités.

Salvador, la capitale de l’État de Bahia, a reçu vendredi jusqu’à cinq fois la moyenne historique de 58 mm pour le mois de décembre, selon la défense civile de la ville.

« Il existe une corrélation » entre l’intensité des pluies dans le nord-est du pays et le phénomène climatique La Niña, qui provoque des précipitations supérieures à la normale, a estimé Estael Sias, météorologue à la société de prévisions MetSul.

À voir en vidéo