L’extrême droite et la gauche en tête au 1er tour de l’élection présidentielle au ​Chili

Au Chili, le vote n’est plus obligatoire depuis 2012.
Photo: Esteban Felix Associted Press Au Chili, le vote n’est plus obligatoire depuis 2012.

Deux candidats à l’opposé de l’échiquier politique, José Antonio Kast pour l’extrême droite, et Gabriel Boric pour la gauche, étaient en passe de se qualifier dimanche soir pour le second tour de la présidentielle au Chili.

Selon des résultats partiels portant sur 65,52 % des bulletins, José Antonio Kast, ex-député et avocat de 55 ans, obtient 28,42 % des voix, devant Gabriel Boric, ancien leader étudiant et député de 35 ans, qui recueille 24,90 % des suffrages.

Quelque 15 millions d’électeurs — sur une population de 19 millions — étaient appelés aux urnes pour départager sept candidats à la présidence, renouveler la totalité de la Chambre des députés, la moitié du Sénat ainsi que les conseils régionaux. Le candidat de la coalition de gauche « Apruebo dignidad » qui comprend notamment les communistes, et le chef du mouvement ultraconservateur Parti républicain étaient les favoris des sondages les plus récents.

Tous deux faisaient figure d’outsiders, se situant en dehors des coalitions de droite et de centre gauche qui ont gouverné le pays depuis la fin de la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990).

Gabriel Boric, plus jeune candidat à la présidentielle de l’histoire du pays sud-américain, pouvait compter sur le soutien de millions de Chiliens, dont de nombreux jeunes, qui aspirent à une société plus égalitaire, après la vague de contestation sociale sans précédent de fin 2019.

« Le pays a besoin de changements, nous en avons assez des mêmes politiciens », a déclaré Felipe Rojas, un étudiant de 24 ans, devant un bureau de vote de la capitale. « Nous voulons voter, assez de ce Chili », s’impatientait Carla Fuenzalida, 19 ans.

Mais les derniers mois ont aussi vu une montée inédite de l’extrême droite dans les sondages, nourrie par la persistance des violences des protestataires les plus radicaux et les préoccupations croissantes des électeurs pour l’immigration illégale et la criminalité.

D’autant que la pandémie de COVID-19 a fait monter le chômage et creusé la dette, et que l’inflation avoisine désormais 6 %, une nouveauté dans ce pays qui a connu des décennies de stabilité politique et économique.

« Il faut venir voter pour tourner cette page de division et de désordre dans les rues », a déclaré Cristina Arellano, venue voter à Ñuñoa, un quartier bourgeois de la capitale.

Le pays a besoin de changements, nous en avons assez des mêmes politiciens

 

Le scrutin a lieu dans un Chili en transition, en plein processus de rédaction d’une nouvelle Constitution et deux ans après une crise sociale inédite pour réclamer une société plus juste dans ce pays parmi les plus inégalitaires du monde, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Au Chili, le vote n’est plus obligatoire depuis 2012. Aucun chiffre n’était pour l’heure disponible sur la participation.

José Antiono Kast, qui affiche sa sympathie pour le président brésilien Jair Bolsonaro, veut maintenir le modèle néolibéral hérité de la dictature de Pinochet et promet d’imposer « l’ordre, la sécurité et la liberté ».

« L’essentiel [est que] chacun puisse s’exprimer librement », a déclaré ce père de neuf enfants, après avoir voté à Paine, à 37 km au sud de Santiago.

Gabriel Boric promet, lui, un modèle d’État-providence et de garantir les droits sociaux. « Que l’espoir l’emporte sur la peur », a-t-il lancé en votant dans sa ville natale de Punta Arenas, à l’extrême sud du pays. « Nous représentons le processus de changement et de transformation qui arrive. »

Le candidat de la droite libérale, Franco Parisi, qui vit en Alabama, aux États-Unis, et n’a pas mis les pieds au Chili pendant toute la campagne électorale, a créé la surprise en se hissant à la troisième place (13 %), devant la sénatrice de centre gauche Yasna Provoste (12 %) et le candidat de la droite au pouvoir Sebastian Sichel (12 %), selon les résultats partiels.

Le président conservateur, Sebastian Piñera, 71 ans, qui quittera ses fonctions en mars 2022, ne pouvait pas se représenter après deux mandats (2010-2014, réélu en 2017).

À voir en vidéo