Une fusillade en Haïti fait 15 morts dont un journaliste et une militante politique

Tué quelques heures plus tôt dans le quartier de Port-au Prince où s’est déroulé la fusillade nocturne, Guerby Geffrard était le porte-parole du syndicat de police SPNH-17, en conflit ouvert avec l’administration centrale des forces policières.
Photo: Valerie Baeriswyl Agence France-Presse Tué quelques heures plus tôt dans le quartier de Port-au Prince où s’est déroulé la fusillade nocturne, Guerby Geffrard était le porte-parole du syndicat de police SPNH-17, en conflit ouvert avec l’administration centrale des forces policières.

Quinze personnes ont été tuées par balle, dont un journaliste et une militante politique d’opposition, dans la nuit de mardi à mercredi dans la capitale haïtienne, a indiqué le directeur de la police nationale d’Haïti, qui dénonce de supposées représailles commises par des sympathisants d’un policier syndicaliste tué quelques heures plus tôt.

Les photos des corps sans vie du journaliste Diego Charles, au sol, et d’Antoinette Duclair, activiste féministe et militante pour le parti d’opposition « Matrice Libération », au volant de sa voiture, circulaient sur les réseaux sociaux haïtiens dès les premières heures du matin. Les deux victimes étaient âgées de 33 ans.

« En réaction à l’assassinat de Guerby Geffrard [le policier tué], ses alliés ont concocté la fusillade de ce matin qui a entraîné la mort de 15 paisibles citoyens. Parmi les personnes assassinées, on retrouve le journaliste Diego Charles de la radio Vision 2000 et Madame Antoinette Duclair », a affirmé le directeur, Léon Charles, lors d’un point presse, sans fournir de détails pour étayer sa déclaration.

Tué quelques heures plus tôt dans le quartier de Port-au Prince où s’est déroulé la fusillade nocturne, Guerby Geffrard était le porte-parole du syndicat de police SPNH-17, en conflit ouvert avec l’administration centrale des forces policières.

Le directeur général de la police nationale d’Haïti a indiqué qu’une enquête avait été ouverte « pour retracer tous les auteurs et co-auteurs des crimes commis ».

Les accusations portées par Léon Charles ont suscité des critiques émanant de journalistes et d’organisations de la société civile, qui doutent de leur véracité.

« Venir aussi facilement dire “nous savons que le double assassinat de Diego Charles et Antoinette Duclair vient de ce syndicat”, nous pensons que c’est agir avec beaucoup de précipitation et surtout beaucoup de légèreté », a réagi Marie-Rosy Auguste Ducena, du Réseau national de défense des droits humains.

Le frère d’une célèbre chanteuse haïtienne compte également parmi les victimes de la fusillade.

« Maxnold Guillaume, mon grand frère a aussi pris une balle hier soir. Mon père vient de m’appeler pour me dire qu’il est mort à l’hôpital. Mon cœur est déchiré », a témoigné Rutshelle Guillaume, en créole, sur ses comptes officiels très populaires.

« Banalisation de la vie »

Cette fusillade intervient alors que la mainmise des gangs sur Haïti s’est aggravée depuis le début de l’année. Depuis juin, des affrontements entre bandes armées dans l’ouest de la capitale ont poussé des milliers d’habitants des quartiers pauvres à fuir leur logement.

« Nous sommes dans une situation de négation des droits humains, de banalisation de la vie. [...] Nous ne pouvons pas continuer comme ça à compter des cadavres chaque jour » a dénoncé Mme Ducena.

Suite à l’assassinat de leur collègue, les professionnels des médias en Haïti ne se font pas d’illusions.

« Comme toujours on va avoir les autorités judiciaires qui vont annoncer des enquêtes qui ne vont jamais aboutir. Nous sommes habitués à ça », a réagi Jacques Desrosiers, secrétaire général de l’association des journalistes haïtiens.

Emblématique, le cas de l’assassinat, en avril 2000, du plus célèbre journaliste haïtien de l’époque, Jean Dominique, n’a toujours pas été résolu.

« Il n’y a pas eu de justice pour Jean Dominique comme il n’y aura pas de justice pour Diego. Nous sommes livrés à nous-mêmes », a réagi Assad Volcy, président de Gazette Haïti, média numérique pour lequel Diego Charles, reporter pour la radio Vision 2000, collaborait depuis 2 ans.

Le photojournaliste Vladjimir Legagneur n’est lui jamais revenu d’un reportage qu’il était allé faire, en mars 2018, dans le quartier de Martissant aujourd’hui théâtre d’affrontements entre gangs.

La police n’a toujours pas publié les résultats d’un test ADN qui aurait été réalisé quelques jours après sa disparition sur les restes d’un corps.

Les enquêtes sur les meurtres de deux journalistes, assassinés en juin et octobre 2019, n’ont pas non plus abouti à ce jour.

À voir en vidéo