Le Pérou a le plus haut taux mondial de décès dus à la COVID-19

Le nombre de décès dus à la COVID-19 s'élevait au 22 mai à 180 764 au Pérou, ce qui en fait le pays le plus touché par la pandémie, avec 5484 décès par million d'habitants.
Photo: Rodrigo Abd Associated Press Le nombre de décès dus à la COVID-19 s'élevait au 22 mai à 180 764 au Pérou, ce qui en fait le pays le plus touché par la pandémie, avec 5484 décès par million d'habitants.

Le Pérou, qui a réévalué lundi sur les recommandations d’experts le nombre de personnes mortes de la COVID-19, passant de 69 000 à 180 000, est désormais le pays au monde avec le plus grand nombre de décès par million d’habitants, selon le classement établi par l’Agence France-Presse sur la base de chiffres officiels.

Selon un conseil technique mis en place en avril et composé d’experts péruviens et de spécialistes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de décès dus à la COVID-19 s’élevait au 22 mai à 180 764 dans ce pays de 33 millions d’habitants. Soit le pays le plus touché par la pandémie, avec 5484 décès par million d’habitants.

Le précédent bilan, arrêté dimanche, faisait état de 69 342 morts, soit le 13e rang avec 2103 décès par million d’habitants.

Jusque-là, la Hongrie était le pays le plus touché en proportion de sa population, avec 3077 décès par million d’habitants, selon le décompte de l’AFP.

« À partir d’aujourd’hui […], nous allons avoir des chiffres plus exhaustifs et qui seront d’une grande utilité pour la gestion de la pandémie », a déclaré en conférence de presse la présidente du Conseil des ministres et numéro deux du gouvernement, Violeta Bermudez.

Critères

Le conseil technique a proposé de modifier les critères d’enregistrement des décès après avoir estimé que « la méthodologie actuelle présente des limites qui entraînent une sous-estimation du nombre de morts de la COVID-19 ».

Jusqu’à présent, les autorités sanitaires prenaient seulement en compte les décès pour lesquels un test confirmait la maladie.

Désormais seront recensées les personnes remplissant sept critères techniques, dont les contaminations avérées, mais aussi les « cas probables présentant un lien épidémiologique avec un cas confirmé ».

Sera également pris en compte « un cas suspect de COVID-19 qui présente un cadre clinique compatible avec la maladie ».

Le conseil technique est composé de spécialistes appartenant à des entités publiques et à des institutions privées péruviennes ainsi que d’experts de l’OMS.

La vaccination, entamée le 9 février, progresse lentement avec seulement 5 % de la population ayant reçu au moins une dose.

Le nombre de patients infectés admis dans les hôpitaux connaît une décrue, se situant à 12 000 aujourd’hui contre plus de 15 500 au plus fort de la crise, le 20 avril.

3,5 millions de morts dans le monde

La pandémie a fait au moins 3 543 125 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles lundi à 10 h GMT. Après les États-Unis (594 431 décès), les pays comptant le plus grand nombre de morts sont le Brésil (461 931), l’Inde (329 100), le Mexique (223 507) et le Royaume-Uni (127 781). Ces chiffres, qui reposent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sont globalement sous-évalués. Ils excluent les révisions à la hausse réalisées a posteriori par certains organismes statistiques.



À voir en vidéo