Flotte de pêche près des Galapagos: l’Équateur exprime son «malaise» à la Chine

La réserve marine de l’archipel, compte plus de 2900 espèces et comprend un sanctuaire de 38 000 km2.
Photo: Rodrigo Buendia Agence France-Presse La réserve marine de l’archipel, compte plus de 2900 espèces et comprend un sanctuaire de 38 000 km2.

L’Équateur a manifesté son « malaise » à la Chine concernant la présence d’une flotte de pêche autour des îles Galapagos et demandé aux plus de 260 embarcations concernées de se tenir à distance de la réserve marine de l’archipel.

« Nous avons parlé avec nos amis chinois du malaise important que cela génère pour l’Équateur », a déclaré mercredi le ministre équatorien des Affaires étrangères Luis Gallegos lors d’un entretien avec Radio Centro, en soulignant que l’opération de pêche devrait « se suspendre ».

La marine équatorienne avait alerté il y a deux semaines de la présence de quelque 260 bateaux de pêche, battant pour la plupart pavillon chinois, à proximité des Galapagos, situées à 1000 km des côtes et qui comptent une réserve marine de 133 000 km2.

Bien que les embarcations se trouvent dans les eaux internationales, leur proximité avec l’archipel, classé au patrimoine naturel de l’humanité, inquiète les autorités équatoriennes.

« La flotte de pêche internationale est hors de la zone économique exclusive (des Galapagos) et la préoccupation vient du fait qu’elle puisse y pénétrer ou s’y infiltrer », avait précisé mardi le ministre de la Défense, Oswaldo Jarrin, sur la chaîne Teleamazonas.

M. Gallegos a pour sa part estimé que la venue de flottes de pêche dans ce secteur « doit faire l’objet de négociations entre l’Équateur et la Chine » afin que cela ne « se répète pas de manière cyclique ».

« Nous avons déjà pris contact avec Pékin pour définir une structure de négociation. J’espère que ce problème sera résolu car cela n’intéresse pas que l’Équateur, mais la protection de l’héritage des Galapagos […] C’est une responsabilité mondiale », a-t-il souligné.

En 2017, l’Équateur avait arraisonné une embarcation battant pavillon chinois à l’intérieur de la réserve marine, avec à son bord 300 tonnes de pêche, dont des espèces de requins en danger d’extinction.

Puis l’an dernier, le président Lenin Moreno avait ordonné le déploiement de navires et avions militaires lorsqu’une autre flotte chinoise avait été repérée près de la zone économique maritime des Galapagos.

La réserve marine de l’archipel, célèbre pour ses tortues géantes et qui a inspiré sa théorie de l’évolution au naturaliste anglais Charles Darwin (1809-1882), compte plus de 2900 espèces et comprend un sanctuaire de 38 000 km2, où se trouve la plus grande population de requins de la planète.