Manifestations pour et contre Jair Bolsonaro

Des milliers de personnes se sont rassemblées dans l’après-midi à São Paulo, arborant des banderoles en défense de la démocratie, contre le racisme et la politique du président brésilien.
Photo: Nelson Almeida Agence France-Presse Des milliers de personnes se sont rassemblées dans l’après-midi à São Paulo, arborant des banderoles en défense de la démocratie, contre le racisme et la politique du président brésilien.

Des Brésiliens sont descendus dans la rue dimanche à São Paulo et à Brasília pour manifester pour ou contre le président d’extrême droite Jair Bolsonaro, critiqué notamment pour sa gestion de l’épidémie de coronavirus.

Des milliers de personnes se sont rassemblées dans l’après-midi à Sao Paulo, arborant des banderoles en défense de la démocratie, contre le racisme et la politique du président brésilien.

De nombreux manifestants portaient des vêtements et des masques noirs, a constaté l’AFP.

Gabriela Vitoria, 18 ans, qui n’avait jamais participé à une manifestation, s’est mobilisée parce que « Bolsonaro est contre tout ». « Il ne veut pas des Noirs, des gais, des femmes, il ne pense qu’aux riches. Nous traversons une pandémie et il veut tout ouvrir, sans regarder les bons exemples des autres pays », a-t-elle dénoncé.

« Nous sommes très inquiets, car aucune mesure n’a été prise pour aider les communautés de la périphérie, qui ont le plus de difficultés à respecter le confinement », a déclaré Yussara Baso, porte-parole du Mouvement des travailleurs sans-abri, qui a lancé l’appel à manifester.

Sur l’avenue Paulista, à environ six kilomètres de là, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées avec des drapeaux brésiliens pour exprimer leur soutien à Jair Bolsonaro et demander la fin des mesures de confinement mises en place par les autorités locales pour freiner la pandémie.

Il ne veut pas des Noirs, des gais, des femmes, il ne pense qu’aux riches. Nous traversons une pandémie et il veut tout ouvrir.

 

« La maladie existe, mais ce n’est pas comme on nous dit. Il est temps d’ouvrir le commerce », a déclaré une manifestante qui a refusé de donner son nom.

Les autorités régionales ont demandé que les événements soient organisés à distance afin d’éviter les affrontements, alors que des heurts avaient eu lieu dimanche dernier entre des supporteurs d’équipes de football marchant « contre le fascisme » et des soutiens de Bolsonaro qui circulaient dans les rues pour dénoncer le confinement.

À Brasília, plusieurs centaines de personnes ont marché dans la matinée contre le chef de l’État.

« Tous pour la démocratie », « Contre le racisme et le fascisme », proclamaient des pancartes. « Recule, fasciste, recule, le pouvoir du peuple est dans les rues », ont chanté les manifestants.

Parallèlement, un groupe plus restreint de manifestants favorables au président s’est également rassemblé dans la capitale.

Les partisans du président d’extrême droite, qui minimise l’épidémie de COVID-19, ont l’habitude de manifester le week-end, en présence du chef de l’État, pour demander la fin des restrictions et attaquer les représentants du Congrès et de la Cour suprême.

Plus de 400 000 morts

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 401 848 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi à partir de sources officielles dimanche soir.

Plus de 6 981 701 cas d’infection ont été officiellement déclarés dans 196 pays et territoires depuis le début de l’épidémie, dont au moins 3 130 718 sont aujourd’hui considérés comme guéris.

Dans les 24 dernières heures, 3327 nouveaux décès et 119 524 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès sont le Brésil avec 904 nouveaux morts, les États-Unis (540) et le Mexique (341).

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 110 425 décès pour 1 938 842 cas. Au moins 506 367 personnes ont été déclarées guéries.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Royaume-Uni avec 40 625 morts pour 287 621 cas, le Brésil avec 35 930 morts (672 846 cas), l’Italie avec 33 899 morts (234 998 cas), et la France avec 29 158 morts (191 102 cas).

Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 83 décès pour 100 000 habitants, suivi par le Royaume-Uni (60), l’Espagne (58), l’Italie (56) et la Suède (46).

La Chine (sans les territoires de Hong Kong et de Macao), où l’épidémie a débuté fin décembre, a officiellement dénombré au total 84 187 cas (6 nouveaux entre samedi et dimanche), dont 4638 décès (aucun nouveau décès) et 79 427 guérisons.

À voir en vidéo